Changements du 1er août : prime à la conversion, gaz, électricité... Tout ce qui impacte votre budget

Mon argent
FINANCES - A l'heure où la climatisation tourne sans doute à plein régime chez certains d'entre nous, les tarifs réglementés de l'énergie évoluent. À partir de ce jeudi, l'électricité augmente tandis que le gaz, lui, baisse. Autre changement : la prime à la conversion est rabotée et dépend désormais du revenu fiscal de référence.

Même au creux de l'été, les particuliers doivent faire face à une série de changements susceptible d'affecter leur budget... en bien ou en mal. Qu'il s'agisse des factures de gaz ou d'électricité ou de l'achat d'une voiture moins polluante que votre ancien modèle, voici les différentes évolutions qui entrent en vigueur à compter de ce jeudi 1er août.   

Prime à la conversion : coup de rabot sur cette aide de l'Etat

Victime de son succès, la prime à la conversion est recentrée dur les ménages "les plus modestes" et sur les véhicules "vraiment plus propres", selon le gouvernement. Un décret modifie en effet cette aide de l'État pour remplacer un vieux véhicule par un modèle peu polluant. Désormais, pour bénéficier du dispositif, le prix d'achat du nouveau véhicule est désormais limité à 60.000 euros. En outre, seuls les véhicules dont les émissions sont inférieures à 117g de CO2/km y donnent désormais droit (contre 122g auparavant). 


Les véhicules qui portent une vignette Crit'air 2 et immatriculés avant le 1er septembre 2019 n'y sont quant à eux plus éligibles (les diesel immatriculés avant cette date sont donc exclus). A l'inverse, les véhicules roulant au superéthanol E85 seront favorisés. Le montant de la prime, qui dépendait jusqu'ici du fait que le ménage soit ou non imposable découle désormais du revenu fiscal de référence par part. Il peut toutefois toujours atteindre 5.000 euros pour les foyers les moins aisés.

Electricité : nouvelle hausse des tarifs réglementés

Les "tarifs bleus" d'EDF augmentent de 1,23%. Ces tarifs réglementés, qui concernent près de 25 millions de foyers, avaient déjà grimpé de 5,9% il y a deux mois. La nouvelle hausse s'explique de plusieurs façons. D'une part, elle est due aux coûts des réseaux, revus chaque année et servant à financer le Réseau de transport d’électricité (RTE) et le distributeur d’électricité Enedis (anciennement ERDF). D'autre part, elle est liée aux certificats d'économie d'énergie (CEE), un dispositif qui permet de financer des travaux d'économie d'énergie chez les particuliers. Sans oublier la progression des coûts commerciaux d'EDF.

Gaz : nouvelle baisse des tarifs réglementés

A l'inverse de l'électricité, le prix du gaz baisse pour sa part de 0,5%, après une baisse de 6,8% appliquée le mois dernier. Cette bonne nouvelle concerne un peu plus de 4 millions de foyers abonnés aux tarifs réglementés d'Engie (anciennement GDF Suez). Elle s'explique en partie par le nouveau mode de calcul décidé par le gouvernement et par la diminution des prix du gaz sur le marché.

A  noter que l'Allocation de rentrée scolaire (ARS) sera quant à elle versée le 20 août à environ 3 millions de familles sous condition de ressources. Son montant varie, selon l'âge de l'enfant, de 369 euros à 403 euros, précise le site de l'administration française

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter