Malus écologique : vers un déplafonnement pour les grosses voitures polluantes ?

Malus écologique : vers un déplafonnement pour les grosses voitures polluantes ?
Mon argent

Toute L'info sur

24H Pujadas

AUTOMOBILE - Le durcissement du barème du malus écologique, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier, a été voté mardi en première lecture par l'Assemblée dans le cadre du projet de loi de Finances pour 2020. Mais Bruno Le Maire a déjà fait savoir qu'il voulait aller plus loin. Il propose de déplafonner le système pour les voitures qui émettent le plus de CO2.

L'Assemblée nationale a voté mardi en première lecture le projet de loi de Finances pour 2020. Parmi les nombreux articles figure celui sur le durcissement du malus écologique pour l'achat d'une voiture neuve selon son émission de CO2. Si le texte est validé en l'état après son passage au Sénat, ce malus commencera à partir du 1er janvier dès 110 grammes de dioxyde de carbone (CO2) rejetés par kilomètre (contre 117 g/km en 2019). 

Cet abaissement du seuil minimal s'accompagne d'une augmentation du montant du malus minimal, qui passe à 50 euros pour ces 110 g/km (contre 35 euros pour 117 g/km auparavant). L'autre extrémité de la grille est également plus sévère, puisque le plafond est abaissé à 173 g/km (contre 191 g/km). Pour ces véhicules les plus polluants, le tarif est lui aussi revu à la hausse. Le malus atteint en effet désormais 12.500 euros maximum (contre 10.500 euros auparavant). 

Concernant les voitures les plus polluantes, généralement les grosses cylindrées, Bruno Le Maire  a déjà fait savoir dimanche sur BFM qu'il envisageait un déplafonnement du barème. Malgré leur prix élevé, ces véhicules qui émettent beaucoup de CO2 se vendent en effet de plus en plus. Cela augmente mécaniquement les rejets de CO2 dans l'atmosphère. Le ministre de l'Economie souhaite donc les taxer davantage, via un amendement qui pourrait être ajouté au projet de loi de Finances avant son adoption définitive. Le malus pourrait ainsi monter jusqu'à 20.000 euros pour 375 g/km. 

Lire aussi

Bruno Le Maire suggère que les SUV soient aussi concernés. Ces modèles consomment en effet 25% de plus qu'un véhicule classique, tout en représentant 37% des mises en circulation de voitures neuves dans l'Hexagone.  Problème : les constructeurs français seraient les plus touchés puisque les SUV les plus vendus sont ceux de Peugeot et Renault.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter