Payer pour visiter un logement : attention à ces nouvelles arnaques

Payer pour visiter un logement : attention à ces nouvelles arnaques
Mon argent

SANS TOIT NI LOI - La recherche d'un logement relève très souvent du parcours du combattant. A tel point que certains propriétaires demandent parfois aux candidats de payer simplement pour accéder aux visites. Mais attention, il s'agit en réalité d'arnaques bien rodées.

Payer pour enfin visiter un appartement. La nouvelle tendance à la mode ? C'est surtout illégal sans avoir signé de bail. Il s'agit donc plutôt d'une énième escroquerie sévissant sur Internet depuis environ deux ans. Elle a remplacé celle dite "aux virements par mandat cash Western Union". Ici, un faux vendeur ou loueur d’un bien hypothétique (moto, voiture, appartement…) demande à être payé en coupons PCS avant de voir le bien en vente. 

Ces coupons sont en fait des cartes prépayées, comme une carte de paiement, dont le plafond est limité par le montant que l'on crédite via des coupons de recharge achetés chez un buraliste ou en ligne. Un moyen de paiement discret devenu l'outil favori d'escrocs, qui créditent leur carte PCS avec l'argent de leurs victimes. 

Lire aussi

Ces personnes ont l'habitude de passer par différents stratagèmes pour éviter qu'on puisse les retrouver.- Steve Jakubowski, avocat

Marjorie aurait pu être victime de l'un d'eux. Après deux mois à chercher un logement, elle était prête à utiliser ce mode de fonctionnement. "Il fallait que je réserve ma visite en me rendant sur un site internet. La première fois, c'était un paiement de 3 euros. La deuxième fois, il m'a demandé d'inscrire un nouveau montant qui était dans les 100 euros", raconte-t-elle.

"Ces personnes ont l'habitude de passer par différents stratagèmes pour éviter qu'on puisse  les retrouver. C'est l'escroc qui s'est en fait accaparé votre argent et les moyens de récupération sont très limités", confirme Steve Jakubowski, avocat mandataire immobilier.

Ces arnaques ont bondi de 30%

Et ces arnaques commencent à être bien rodées : elles ont bondi de 30% l'an passé. Pour faire face, le site internet d'annonces immobilières de Particulier à Particulier (PAP) a pris les devants et n'a pas hésité à recruter une équipe dédiée. Le but de ses membres : déceler toutes les publications frauduleuses. Résultat : sur les 600 annonces reçues chaque jour, plus d'une cinquantaine sont bloquées.

Justement, une annonce qui vient d'être mise en ligne les interpelle : "Location à Neuilly de 55 m2 pour 1050 euros". "C'est trop bas, 1000 euros sans charge, et elle est trop, trop clean pour ce prix-là. C'est plus 1400 à 1500 euros pour cette superficie", relève Marième Diallo, la responsable relation client. Dans ces cas-là, la première étape consiste à appeler le propriétaire pour vérifier l'annonce et obtenir l'acte de location. Ici sans succès. La seule solution est donc de bloquer l'annonce. "Si toutefois le propriétaire rappelle, on fait la procédure classique : demander des documents et récolter plus d'informations", indique Marième Diallo.

Toute l'info sur

LE WE 13h

Tous les sites ne bénéficient pas de ce type de contrôle. Il faut donc être attentif au prix et aux photos de chaque annonce postée sur internet, et ne jamais verser d'argent avant la visite ou la signature du bail. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 52.000 nouveaux cas en 24 heures, nouveau record quotidien

Erdogan invite Macron à "se faire soigner", l'Élysée dénonce des "propos inacceptables"

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent