Que valent les complémentaires santé "low-cost" ?

Que valent les complémentaires santé "low-cost" ?
Mon argent

PETIT BUDGET - Le marché de la complémentaire santé a vu apparaître il y a quelques années les mutuelles dites "low cost", à l'image de la Matmut qui a renouvelé en début de semaine son partenariat avec Cdiscount. Pour autant, ces formules à bas prix remboursent-elles correctement les dépenses de santé ? Rien n'est moins sûr...

"Je paye 300 euros et c'est une galère pour avoir une paire de lunettes", "nous sommes en couple et cela nous coûte 100 euros par mois", "J'ai 3 enfants, j'ai les lunettes à faire, les dents à faire, oui c'est un budget"... On le sait, souscrire une mutuelle est toujours une dépense importante : elle coûte en moyenne 57 euros par mois à chaque Français.

Il y a quelques années sont donc apparues des mutuelles à tarifs économiques. Leur cible : les personnes qui ne veulent pas renoncer à une protection complémentaire mais qui sont obligées de s'assurer à bas coût pour raisons budgétaires. Parmi ces complémentaires "low cost" figure l'association entre la Matmut et Cdiscount. Après un galop d'essai réussi l'année dernière, "avec la signature de plusieurs dizaines de milliers de contrats", les deux sociétés ont lancé ce mardi 15 septembre une nouvelle offre de complémentaire santé individuelle 100% digitale. Dénommée Elsie, cette garantie promet une économie supplémentaire "de 20 à 25 %" par rapport à la première offre de l'an passé.

Lire aussi

Une protection minimale

Mais est-ce vraiment une bonne affaire ? Pour le savoir, il est nécessaire de comparer les offres. Prenons le cas de Sarah. Elle vit  seule avec ses trois enfants. Selon la simulation réalisée par le 20H de TF1, cette mutuelle à bas prix lui coûterait 47,40 €, soit 8€ de moins que la concurrence. Sauf qu'à ce prix là, la protection est minimale. "Cette offre est à la carte. Cela permet de mieux cerner les besoins des Français. Ce sont en effet eux-mêmes qui vont décrire les options et les niveaux de protection dont ils ont besoin par rapport à leurs préoccupations de santé", se justifie François Albenque, le directeur "offre et développement" des services de Cdiscount.

En réalité, il n'y a pas de secret : pour être bien remboursé, il faut payer en amont. "Dans les assurances santé, il faut déjà se méfier des prix d'appel. Quand on dit par exemple à partir de 10, 12 ou 15 € par mois, il faut savoir que ce prix-là, vous ne pouvez l'obtenir que si vous avez 18 ans et que vous prenez la gamme de remboursement la plus faible", prévient Mathieu Escot, le directeur adjoint de l'action politique à l'UFC-Que Choisir. 

Mathieu Escot a comparé une vingtaine de complémentaires santé. Selon lui, rogner sur la protection pour payer moins cher est en fait un calcul dangereux. "Votre état de santé aujourd'hui n'est pas nécessairement l'état de santé que vous aurez à l'avenir. Vous pouvez avoir un accident, une maladie ou que sais-je encore. Cela peut vous amener à avoir plus de dépenses que ce que vous anticipiez", souligne-il.

Toute l'info sur

Le 20h

Pour être certain de faire le bon choix, il va donc falloir examiner, comparer, calculer, afin de trouver l'offre qui vous correspond. D'autant plus qu'à partir de décembre, la loi vous autorisera à changer de mutuelle à tout moment.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent