Rénovation énergétique : le dispositif "MaPrimeRénov" monte en puissance

Rénovation énergétique : le dispositif "MaPrimeRénov" monte en puissance

ÉCOLOGIE - L'aide de l'Etat pour effectuer des travaux destinés à rendre les logements moins gourmands en énergie est désormais accessible à tous les ménages sans condition de revenus. Et les demandes explosent.

Si l'essentiel du plan de relance de 100 milliards d'euros doit se déployer d'ici 2021, plusieurs mesures sont déjà en vigueur. Et l'une d'elles fonctionne très bien, s'est félicité le ministère de l'Economie ce lundi : la prime pour la rénovation énergétique.

En effet, le dispositif "MaPrimeRénov" explose. "Le nombre de demandes d'aides a doublé depuis le début de l'année avec 20.000 dossiers déposés en septembre, 30.000 en octobre et un total de 135.470 bénéficiaires", notent les services de Bercy. Ce sont 1.300 demandes par jour contre 500, début 2020. Une enveloppe de deux milliards d'euros est prévue. 

"Il y a une augmentation des demandes, constate également le chef d'entreprise de "Little Worker Paris" Antoine Combastet. Avant, on avait seulement 2% de nos clients qui demandaient la Prime Rénov. Désormais élargie aux clients plus aisés, ils sont 12% à en faire la demande." La grande majorité en profite pour changer les fenêtres ou la chaudière. "J'ai eu l'aide de l'Etat et la Prime Rénov. Du coup, je n'ai payé ma chaudière qu'un euro. Je n'aurais pas payé une chaudière à 4.000 euros sinon", admet Stéphanie Sablayrolles devant les caméras de TF1.   

Toute l'info sur

Achat immobilier ou travaux : les aides pour les propriétaires

Des critères d'éligibilité élargis

Cet engouement croissant s'explique par le renforcement de cette mesure venue remplacer en janvier dernier le Crédit d'impôt à la transition énergétique (CITE). Depuis le 1er octobre, les critères d'éligibilité à cette prime ont été élargis à tous les ménages sans condition de revenus, lorsqu'ils occupent leur logement en tant que résidence principale depuis plus de deux ans, qu'ils sont propriétaires bailleurs ou encore copropriétaires. Cette demande à la hausse devrait engendrer 15 à 20.000 créations d'emplois dès 2021. "Aujourd'hui, on est sur presque 600.000 chantiers. Et l'an prochain, on pense que ce chiffre sera multiplié par deux", indique Edouard Barthès, Président de Symbiote, syndicat de la rénovation énergétique. 

Elle était jusqu'ici seulement réservée aux ménages "très modestes" et modestes".  L'Etat pouvait prendre en charge jusqu'à 90% du montant des travaux. Pour les foyers les plus aisés, en revanche, cette prise en charge n'excédera pas les 40%. Chaque foyer peut dès maintenant calculer le montant de l'aide à laquelle il peut prétendre. 

Ces travaux de mises au vert des bâtiments, réalisés avec des entreprises certifiées (label RGE), peuvent comprendre une variété d'opérations : isolation du toit, des combles et des murs, changement de chaudière à gaz, à bûches ou à granulés, mais aussi installation de nouvelles fenêtres et de systèmes de ventilation. Les matériaux utilisés sont de meilleure qualité, plus durables et donc plus respectueux de l'environnement. 

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu à 18h : le ministre des PME ne pense pas qu'il y aura d'impact "significatif"

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Couvre-feu à 18h : commerces et enseignes s'adaptent en ouvrant leurs portes plus tôt

Lire et commenter