Ruée sur les ordinateurs portables : l'épidémie relance les ventes de façon spectaculaire

Depuis plusieurs semaines, les ventes d'ordinateurs portables n'ont jamais été aussi importantes. Une tendance qui pourrait s'inscrire dans la durée avec la rentrée et des salariés qui seront de plus en plus nombreux à faire du télétravail.
Mon argent

ENVOLÉE - Malgré la pandémie de coronavirus, s'il y a bien un secteur qui ne connaît pas la crise, c'est bien celui de la vente des ordinateurs portables. Le marché a bondi de 25% en quelques mois, car cet outil est indispensable au télétravail ou à l'école en ligne.

La tendance est en train de s'inverser. Reste à savoir si cela s'inscrira dans la durée. Après des années de morosité, le marché des ordinateurs portables fait un bon spectaculaire. D'après le cabinet d'études de marchés GFK, la vente d'ordinateurs portables a connu une hausse de 25% en mai et juin dernier, en France. 

Même si les chiffres de juillet et août ne sont pas encore consolidés, l'embellie devrait se confirmer. Comment expliquer une telle explosion des ventes, alors que le marché était extrêmement compliqué, ces dernières années avec les smartphones et tablettes toujours plus performants ? Voici quelques éléments de réponse. 

Le confinement et le télétravail ont boosté les ventes

Pour ces derniers mois, l'explication centrale est à trouver dans le confinement, le télétravail, l'école à la maison et le développement des outils de mobilité. Ces pratiques ont bouleversé le marché et lui ont permis d'atteindre une croissance à deux chiffres. "La forte demande due au télétravail tout comme l'enseignement en ligne ont dépassé les attentes et ont remis le PC au centre de la palette du portefeuille du consommateur informatique", note Jitesh Ubrani, responsable recherche chez IDC Mobile Device Trackers. 

IDC estime d'ailleurs que les livraisons de PC à travers le monde ont augmenté de 11,2% à 72,3 millions d'unités au deuxième trimestre 2020 par rapport à la même période de l'année dernière. Le marché français lui, a progressé de 15%."Il reste à déterminer si la demande et le haut niveau d'utilisation vont se poursuivre pendant la récession et dans un monde d'après pandémie où l'école et le lieu de travail rouvrent", ajoute ce spécialiste. 

Des modèles pour tous les usages

Pour l'heure, les magasins spécialisés eux, ne désemplissent pas. Certains y vont pour équiper leurs enfants, d'autres pour éviter de partager un ordinateur familial vieillissant. "On partage l'ordinateur avec toute la famille, il met du temps à s'allumer et donc là, c'est pratique d'avoir quelque chose de nouveau qui va permettre d'aller plus vite, dans le travail", explique ce jeune homme. Dans un autre magasin, c'est le télétravail qui pousse les particuliers à s'équiper. 

Certains modèles à 1.200 euros représentent même 70% des ventes. Mais avec la démocratisation de ce marché et les offres promotionnelles, désormais, l'ordinateur portable est accessible à un grand nombre de particuliers. On trouve des entrées de gamme à moins de 200 euros, ce qui ravit l'une des clientes d'une boutique spécialisée : "Le mien a lâché donc j'en ai besoin. Je n'ai besoin que d'Internet donc 200 euros, c'est largement suffisant", dit-elle.

Lire aussi

Des hausses de 30 à 40% de ventes dans certains magasins

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Alors cette forte demande d'équipements fait la joie des vendeurs : "Là, c'est l'explosion, avec une croissance qui chaque semaine, passe de 30 à 40% donc on s'attend à une très grosse rentrée, sur ce secteur", analyse le responsable de rayon d'un grand magasin parisien. "Les gens ont besoin d'un PC et sont prêts à dépenser plus, pour être tranquille et tenir dans le temps", affirme un vendeur d'une autre enseigne. Et si les portables ont le vent en poupe, l'équipement informatique n'est pas en reste lui non plus : claviers, câbles, écrans, casques ont eux aussi fortement progressé. Une tendance qui pourrait donc s'inscrire dans la durée avec la rentrée et des salariés qui seront de plus en plus nombreux à faire du télétravail. 

Mais gare aux ruptures de stock. Certains modèles pourraient être en tension comme ceux de la marque Lenovo, qui pourraient accuser "des retards de livraison" expliquent les Echos. Chez Acer, on a "un niveau de stock de 40% inférieur aux habitudes", explique Angelo d'Ambrosio, le directeur général de la marque. Là, c'est la baisse du trafic aérien pour certains de ces produits et composants venus d'Asie, qui est en cause. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent