Suppression de la cotisation d'assurance-chômage : combien allez-vous toucher en plus sur votre salaire net d'octobre ?

Mon argent
DirectLCI
CHOSE PROMISE CHOSE DUE- Les salaires du privé vont augmenter ce mois-ci grâce à la suppression totale de la cotisation salariale d'assurance-chômage. Il s'agit de la deuxième étape d'une mesure engagée en janvier en faveur du pouvoir d'achat. Le vice-président de l'Ordre des experts-comptables explique à LCI ce mécanisme et ses répercussions concrètes sur la fiche de paie.

La promesse de campagne se concrétise sur le bulletin de salaire. La baisse de charges sociales salariales, promise par Emmanuel Macron, est bel et bien là. Et cette mesure, qui concerne les salariés du privé, va prendre toute sa dimension en cette fin de mois d'octobre. Les intéressés vont donc constater sur leur bulletin de paie (et surtout sur leur compte en banque) une augmentation atteignant souvent plusieurs dizaines d'euros. A noter que cette mesure ne concerne pas les fonctionnaires puisqu'ils ne cotisent pas pour l'assurance-chômage.

En quoi consiste la mesure ? Une baisse de cotisations en deux temps

A partir d'octobre, "le salarié va payer 0,95% de cotisations sociales en moins", explique à LCI Patrick Bordas, vice-président de l'Ordre des experts-comptables. Cette baisse de cotisations sociales est en fait la deuxième étape d'une mesure engagée en janvier pour redonner du pouvoir d'achat aux salariés. "Elle consiste à alléger les charges pesant sur le travail, en basculant une partie du financement de la protection sociale vers la contribution sociale généralisée (CSG) [ndrl : qui pèse, elle, aussi sur les revenus du capital et les pensions de retraire]", détaille-t-il. 


En janvier, d'un côté, la CSG avait augmenté de 1,7 point et, de l'autre, les cotisations sociales salariales avaient baissé de 2,2 points en raison de la suppression de la cotisation salariale d'assurance-maladie (-0,75 point) et de la baisse de la cotisation salariale d'assurance-chômage (-1,45 point). Ce qui représentait, au total, une baisse de 0,5 point de charges pesant sur le salarié. Soit une augmentation de salaire de 0,5%. Désormais en octobre, ce qu'il restait de cotisation salariale d'assurance-chômage (à savoir 0,95%) est supprimé. 

Quelle hausse sur la fiche de paie ? + 22 euros pour un Smic

Concrètement, de combien votre salaire va-t-il augmenter en octobre ? L'Ordre des experts comptables a effectué le calcul, pour LCI, à différents niveaux de salaires, tout en précisant que ces montants peuvent légèrement varier car la CSG n'est pas calculée sur l'intégralité du salaire. (ndlr : les augmentations de salaires calculées sont nettes


Un salarié au Smic (1498,37 euros bruts) gagne ainsi 21,73 euros nets de plus par mois à partir d'octobre, soit un gain mensuel de 29,22 euros mensuels par rapport à décembre 2017. Au total, sur l'année 2018, le gain sera de 132,61 euros et en 2019, de 260,72 euros


2000 euros bruts : + 29 euros mensuels à partir d'octobre (+ 39 euros par rapport à 2017). Au total, +177 euros en 2018 et +348 euros en 2019.


3000 euros bruts : + 43,50 euros mensuels à partir d'octobre (+58,50 euros par rapport à 2017). Au total, +265,60 euros en 2018 et +522 euros en 2019.


5000 euros bruts : +72,50 euros mensuels à partir d'octobre (+97,50 euros par rapport à 2017). Au total, +442,50 euros en 2018 et +870 euros en 2019.


10.000 euros bruts : +145 euros mensuels à partir d'octobre (+195 euros par rapport à 2017). Au total, +885 euros en 2018 et +1740 euros en 2019.


Notez toutefois que les personnes touchant de très hauts revenus vont y perdre car les réductions de cotisations sociales sont plafonnées à 13.244 euros.  

En vidéo

Pourvoir d'achat : qui va voir son salaire augmenter ?

Et après ? Légère baisse de salaire due à la réforme des retraites complémentaires

Ce réel gain gain de pouvoir d'achat en 2018 va cependant être légèrement amoindri dans trois mois. "Au 1er janvier 2019, les cotisations salariales et patronales de retraite complémentaire vont augmenter en raison de la fusion AGIRC-ARRCO", prévient le vice-président de l'Ordre des experts comptables.


Cette hausse est difficile à chiffrer car elle dépendra du salaire : "Pour un salaire inférieur au plafond de la Sécurité sociale (3311 euros en 2018), les taux de cotisations salariales augmenteront de 0,11%, entraînant une légère diminution de salaire net, et les cotisations patronales de 0,16%. Au-delà et jusqu'à trois fois ce plafond (9933 euros bruts en 2018), la hausse de cotisation pour les salariés atteindra 0,25% jusqu'au plafond puis 0,86% jusqu'à trois plafonds."  


Sans oublier que le prélèvement de l'impôt à la source sur les revenus à compter de janvier 2019 va de toute façon vous donner l'impression que vous gagnerez moins. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter