Voiture électrique : comment installer une borne chez soi et à quel coût ?

Voiture électrique : comment installer une borne chez soi et à quel coût ?

DirectLCI
RECHARGE - Vous voulez abandonner l'essence ou le diesel pour passer à la voiture électrique mais, à moins d'avoir accès aux bornes publiques, c'est l'installation d'un point de charge dans votre parking qui vous fait encore hésiter. Que vous habitiez en immeuble ou en maison, LCI fait le point sur le dispositif et son financement.

Qui dit voiture électrique dit recharge. La question de la borne devient alors centrale. Si une prise dédiée peut avoir des avantages, son coût pouvant être largement pris en charge par des aides, elle n'est pour autant pas obligatoire. Car encore faut-il pouvoir en installer une chez soi, surtout si la voiture est garée dans le parking collectif de l'immeuble. On fait le point. 

L'avantage des wallbox sur les prises standard

Une installation électrique classique peut suffire à condition d'être aux normes et d'avoir une prise de terre. "Mais il est préférable d'installer une prise standard renforcée car vous sollicitez la prise et le câble pendant plusieurs heures", prévient une porte-parole de l'association pour l'avenir du véhicule électro-mobile (Avem), interrogée par LCI.


ll existe des boîtiers qui se fixent au mur, de type wallbox, spécialement conçus pour recharger une voiture électrique. Ces appareils présentent non seulement l'avantage d'apporter davantage de sécurité grâce à leurs dispositifs de protection mais aussi davantage de rapidité de charge. 

De 500 euros à 1500 euros quand le constructeur ne l'offre pas

Côté tarif, "les montants sont très aléatoires car ils dépendent du type de prise, de la puissance désirée, de la distance au compteur électrique. Cependant, la plupart des constructeurs automobiles offrent l'installation d'une prise ou d'une wallbox lors de l'achat du véhicule pour favoriser le passage à l'électrique", souligne-t-on à l'Avem. 


Ainsi, l'achat et l'installation de la borne peuvent être facturés généralement de 500 euros en maison individuelle à 1200/1500 euros en immeuble. 

En vidéo

VIDÉO - 5 chiffres sur la voiture électrique

Un crédit d'impôt de 30% et une subvention de 50%

Vous pouvez récupérer 30% du coût de l'installation de la borne sous la forme d'un crédit d'impôt, que vous habitiez en immeuble ou en maison.


En outre, prévient Marie Castelli, secrétaire générale de l'association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere-France), si vous habitez dans un immeuble, l'achat et l'installation de votre point de charge peuvent être subventionnés par le programme Advenir, à condition toutefois de passer par un professionnel participant au programme, tels que Zeplug, Vinci Energies, Proxiserve, Mobilygreen, EDF, C-Car notamment (plus de 400 offres auprès de 66 entreprises).


Cette aide vous permet de vous faire rembourser 50% du coût de l'achat et de l'installation du point de charge, dans la limite de 600 euros pour une borne à usage individuel (960 euros pour les modèles haut de gamme). Ce montant est majoré à 1300 euros pour une borne à usage collectif (1660 euros pour certains modèles). A noter : les entreprises et collectivités y ont aussi droit mais à hauteur de 40%. Les demandes sont à déposer ici et un tutoriel est disponible

Un droit à la prise dans les immeubles, y compris pour les locataires

Vos voisins accueillent d'un mauvais oeil votre projet d'installer une prise dans le parking de l'immeuble ? Si vous y tenez vraiment, sachez que "vous pouvez invoquer depuis fin 2014 votre droit à la prise pour l'installer mais ce sera alors à vos frais", prévient la secrétaire générale d'Avere-France. Il faut néanmoins que l'installation d'un système de comptage et de facturation individuelle de la consommation d'électricité soit possible. 


Concrètement, si vous êtes propriétaire, avant d'entreprendre vos travaux vous devez en informer les copropriétaires lors d'une assemblée générale (AG). Il convient alors d'adresser au syndic, par lettre recommandée avec accusé de réception, une description détaillée de votre projet accompagnée dans l'idéal d'un plan afin qu'il l'inscrive à l'ordre du jour de la prochaine AG. Le projet y sera alors évoqué mais pas soumis au vote des copropriétaires. Il n'empêche que le syndic peut, dans un délai de six mois, saisir le tribunal d'instance pour s'opposer aux travaux. 


Si vous êtes locataire, vous pouvez aussi invoquer ce droit à la prise. Il vous appartient alors de communiquer à votre propriétaire tous les détails de votre projet afin qu'il en informe le syndic. 


Si vous n'avez pas de parking dans votre immeuble, "vous pouvez demander à la collectivité de vous octroyer un droit d'occupation pour en installer une sur le trottoir mais en général ce n'est pas gratuit", précise encore Marie Castelli. Reste la solution des bornes publiques ou, si vous travaillez dans une société  équipée, des installations de votre entreprise.

Plus d'articles

Sur le même sujet