Découverts bancaires : comment éviter de payer trop de frais ?

Description du sujet digitial

VOTRE ARGENT - Jean-Pierre Pernaut et son équipe ont notamment abordé vendredi dernier dans "Jean-Pierre et vous – Votre argent" les agios après un découvert bancaire. Vous pouvez réduire ces fortes pénalités financières en comparant les banques et en évitant autant que possible les découverts non autorisés.

232 € chaque année. Il s’agit du montant moyen des frais bancaires payés par les Français. Le découvert bancaire correspond à un solde négatif ou débiteur du compte bancaire. Le ministère de l’Économie le qualifie de "situation exceptionnelle" qui peut survenir après "une dépense imprévue ou à une baisse de revenus ponctuels." Or, selon un sondage Poll&Roll pour le comparateur Panorabanques, les comptes de 46 % d’entre nous tombent à découvert une fois par an, tandis qu’un Français sur cinq glisse dans le rouge tous les mois. Les commissions d’intervention qui vous sanctionnent (50 € pour un chèque rejeté, jusqu’à 80 € dans le mois pour plus de dix achats avec votre carte alors que vous vous trouvez au-delà de votre découvert autorisé), peuvent représenter 0,7 % de votre budget.

Certes, il devient de plus en plus difficile d’y échapper. Gardez par exemple en tête que même les découverts autorisés restent payants. Les banques prélèvent un forfait de 10 € par an pour vous autoriser un découvert et des intérêts rétroactifs pour chacun de vos découverts, soit par des prélèvements bloqués ou proportionnellement à la durée et au montant négatif de votre compte courant. Mais quelques astuces existent pour limiter vos frais.

Toute l'info sur

Jean-Pierre et vous - Votre argent

Calibrez votre découvert autorisé

D’abord, évaluez vos dépenses et vos risques mensuels de découvert. Demandez alors expressément à votre banque, par courrier ou en signant une autorisation exceptionnelle en agence, un découvert mensuel autorisé. Négocier le montant, la durée et le taux. Votre banque continue à faire fonctionner le compte en autorisant un prélèvement alors que la provision n'est pas suffisante. Mais il s’agit d’une tolérance limitée dans le temps et aux montants faibles.

Attention, un découvert de plus de 200 € ne peut pas excéder 3 mois. Si vous dépassez cette durée, votre banque transforme systématiquement votre découvert en crédit à la consommation.

Comparez les banques

Dans le monde du commerce, cela doit devenir votre credo : comparez ! Là aussi, les agios de découvert autorisé vont parfois du simple au double (environ 7 % pour la plupart des banques en ligne, jusqu’à 15 % pour la BNP Paribas ou la Banque postale par exemple. Si vous dépassez votre découvert autorisé, la banque vous prélèvera des "frais de forçage" à chaque paiement pouvant s’élever à 19,50 %. Encore une fois, ces montants varient beaucoup d’une banque à l’autre, renseignez-vous en lisant la convention de compte.

Les frais bancaires atteignent 6,7 milliards d’euros, soit un quart du chiffre d’affaires des banques. Matthieu Robin, chargé de mission Banque/Assurance à l'UFC Que Choisir, reconnaît néanmoins que les banques font peu d’effort pour se concurrencer : "Les commissions d’intervention génèrent 87 % de marge, c’est un scandale. Les établissements savent bien qu’on ne change pas de banque en fonction de ce type de frais."

Surveillez continuellement vos comptes

Dans ce même sondage publié par Panorabanques, on apprend qu’un Français sur 4 manque de rigueur dans la tenue de ses comptes. Pour éviter de vous retrouver dans le rouge, vérifiez au maximum vos dépenses. Les applications mobiles ou les sites Internet des banques le permettent désormais et vous pouvez effectuer des virements vous-mêmes pour réapprovisionner votre compte courant. Il existe aussi des applications, à l’instar de Bankin, qui calculent vos dépenses en fonction de divers catégories (alimentation, transport, logement, etc.). Elles peuvent vous aider à trier vos dépenses et éliminer celles qui ne vous servent plus.

Demandez un dossier de "fragilité financière"

Enfin, n’hésitez pas à demander de souscrire au service bancaire spécifique en vous plaçant en situation de fragilité financière. Dès lors, la loi plafonne par exemple les commissions d’intervention à 4 € par opération et 20 € par mois au maximum. Pour prétendre à ce service, il faut que vous répondiez à une des trois conditions suivantes :

- Accumuler 5 irrégularités ou incidents de paiement au cours d'un même mois

- Avoir un dossier de surendettement en cours de traitement 

- Être inscrit pendant 3 mois consécutifs au fichier de la Banque de France centralisant les incidents de paiement de chèques.

Cette semaine, dans Jean-Pierre et vous – votre argent, zoom sur les astuces marketing des industriels, la belle forme de la bourse et de l’immobilier et un point sur le record de ministères.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "90% de primo-vaccinés à Noël", prévoit Jean Castex

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.