Hausse des prix de l'essence : que se passe-t-il ?

Hausse des prix de l'essence : que se passe-t-il ?

ÉNERGIE - Après une baisse causée par la pandémie, les prix des carburants sont revenus à un niveau proche de celui d'avant-crise. Jusqu'où iront-ils ? Deux spécialistes nous éclairent.

En mettant le monde à l'arrêt, la pandémie du Covid-19 a fait chuter les prix à la pompe. Une aubaine pour les automobilistes. Mais depuis le mois de novembre, les prix du carburant sont repartis à la hausse. 

Que s'est-il passé ? Les compagnies pétrolières n'avaient pas pu réduire la voilure en début de crise. Une surproduction qui avait entraîné un niveau important de stocks de carburant. Corrélé à une demande mondiale en berne, ce phénomène avait poussé les compagnies à vendre à perte. "À part jeter le carburant, elles n'avaient pas d'autres solutions pour écouler leurs stocks", nous explique Fabrice Accary, Directeur général de l'Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF).

Toute l'info sur

Le 13h

De brusques hausses possibles en sortie de crise

Mais depuis, l'activité économique s'est déconfinée à l'échelle mondiale, et le marché de l'offre et de la demande se rééquilibre progressivement."On est dans une phase de hausse des prix du pétrole, qui ont pris entre 40 et 50%, nous indique Flavien Neuvy,  directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. Cela s'explique par un regain d'optimisme lié à l'arrivée des vaccins. La demande en pétrole n'a pas augmenté tout de suite, mais tout le monde anticipe un rebond de l'activité d'ici la fin de l'année suite à l'éradication du virus."

Une bonne nouvelle pour l'ensemble des pays du monde, une moins bonne pour les consommateurs à la station-essence. "Là, je paie 1,52 euros au litre. Il était à un peu moins de 1,40 euros il y a une quinzaine de jours", constate une  conductrice dans le reportage de TF1 en tête de l'article.

"On n'a pas tout à fait rattrapé les niveaux de prix des carburants qu'on avait avant la crise, mais les prix devraient continuer à augmenter de manière modérée", avance Fabrice Accary. Une augmentation tarifaire que montre la courbe ci-dessous : 

Croître jusqu'à dépasser les prix d'avant la crise sanitaire ? Possible. "L'après-crise risque d'être extrêmement dynamique. C'est positif pour l'économie, mais cela va aussi tirer très fortement sur la demande en énergie, et on risque d'avoir des soubresauts, avec des montées brusques des prix du carburant en sortie de crise avant que cela se restabilise à la baisse", décrypte Fabrice Accary. Cependant, un autre scénario peut advenir. "Si demain, un nouveau variant très contagieux, qui résiste aux vaccins, fait son apparition, les prix replongeront", prévient Flavien Neuvy. 

Lire aussi

Pour l'heure, les consommateurs doivent absorber de nouveaux coûts. Nombre d'entre eux s'adaptent en optant pour "un véhicule moins puissant qui consomme moins", en "roulant moins vite", ou encore en bannissant la voiture au profit "de la marche, du vélo", selon les propos recueillis par TF1.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 nouveaux cas mercredi, du jamais vu depuis novembre

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter