Faire confiance aux banques en ligne, bonne ou mauvaise idée ?

Faire confiance aux banques en ligne, bonne ou mauvaise idée ?

VOTRE ARGENT - Jean-Pierre Pernaut et son équipe ont notamment abordé, vendredi dernier dans "Jean-Pierre et vous – Votre argent", les avantages et les inconvénients des banques en ligne. Simples à utilisées, attractives, réactives, ces banques démunies d’agences physiques vont jusqu’à payer leurs nouveaux clients pour les attirer.

"L’argent n’a pas d’odeur", affirmait l'empereur romain Vespasien. Nous le touchons de moins en moins (plus de billets en main), nous n’entendons plus ses pièces glisser dans les caisses enregistreuses et désormais, dans une dizaine de banques françaises, nous ne le voyons plus dormir dans des coffres. 5 millions de clients ont en effet déjà choisi de confier toute ou une partie de leurs économies à des banques en ligne, dépourvues d’agences physiques, exclusivement accessibles par internet ou sur des applications mobiles. Fortuneo, Boursorama ou encore N26 proposent des solutions pertinentes et comparables à leurs homologues physiques. S’il ne faut pas hésiter à se lancer, aux vues des nombreux avantages qu’elles offrent, il faut, comme souvent, rester attentif à de petites lignes sur les contrats.

Toute l'info sur

Jean-Pierre et vous - Votre argent

Peu de frais bancaires

Notons d’abord que ces banques investissent le marché des particuliers avec des offres agressives. Elles vont jusqu’à donner de l’argent (parfois jusqu’à 150 €) à leurs nouveaux clients. Elles promettent des cartes bancaires gratuites, néanmoins sous condition : il faudra que vous dépensiez une certaine somme (une quinzaine d’euros) par mois avec cette carte. Les banques exonèrent les clients de frais de tenue de compte uniquement dans quelques circonstances précises. Sandrine Perrois, juriste de l’association de défense des consommateurs (CLCV) vous conseille de vous renseigner sur les modalités conditionnant la gratuité avant de vous lancer.

Comptes faciles à gérer

Avec ces banques, il n’a jamais été aussi facile d’ouvrir un compte. En trois clicks et une dizaine de minutes, vous deviendrez client de la banque en ligne. Vous n’avez qu’à identifier l’offre qui vous correspond le mieux, remplir un formulaire d’inscription et justifier votre identité avec une photo de votre passeport. La gestion de vos comptes se transforme en un jeu d’enfant : ces banques optimisent leurs applications aux interfaces simples et intuitifs. Vous pourrez commander une nouvelle carte, faire des virements et calculer à la seconde ce que vous dépensez. Certes, les banques traditionnelles s’y mettent, mais avec beaucoup de retard pour certaines.

Lire aussi

Services clients très réactifs

Ces banques, complètement dématérialisées, ne disposent d’aucune agence physique. A leurs lancements, les clients se montraient très critique sur leur réactivité. Aujourd’hui, les services clients font preuve de réactivité, tant par mail que par téléphone et les taux de satisfaction des banques dépassent largement les 80 %. Les clients qui cherchent encore du contact humain préfèreront les banques traditionnelles. Attention, certaines banques en ligne facturent le coût de téléphone à un téléconseiller.

Les banques en ligne obéissent aux mêmes règles que les établissements classiques. Vous n’aurez aucun risque de vous faire avoir.

Au programme de l’émission "Jean-Pierre et vous – Votre argent" du 3 septembre 2021, zoom sur les prix d’abonnement de gaz et d’électricité qui s’envolent, les bonnes affaires de la rentrée, le début des 30 km/h à Paris, ou encore le point sur la suite du "quoi qu’il en coûte" avec encore quelques aides pour les entreprises en difficulté.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.