Immobilier : impossible de se rétracter après une promesse de vente

Immobilier : impossible de se rétracter après une promesse de vente

VIE PRATIQUE - Signer une promesse de vente d’un bien immobilier implique un engagement ferme et définitif. Seule une clause dans le contrat peut permettre à l’acheteur ou au vendeur de renoncer.

"Mieux vaut mille refus qu’une promesse non tenue", affirme un proverbe chinois. En immobilier, signer une "promesse de vente" n’en porte que le nom. Il s’agit bel et bien d’un engagement concret, gravé dans le marbre par votre sceau. Jusqu'à présent, la Cour de cassation jugeait qu'en cas de promesse de vente, le vendeur pouvait se rétracter quitte à payer des dommages-intérêts parfois conséquents à l'acquéreur pressenti. Fait rare, la plus haute juridiction française a changé d’avis.

Toute l'info sur

Vos droits

Un vendeur d’un bien immobilier cherche à se rétracter après avoir signé une promesse de vente. Il s’appuie sur cette jurisprudence et estime que tant que l'acquéreur n'a pas déclaré acquérir et vouloir signer l'acte de vente, l'accord n'est pas totalement conclu.

La promesse de vente implique un engagement du propriétaire : il accepte de vendre son bien au candidat acheteur qui dispose d’une "exclusivité" pour une durée comprise entre deux et trois mois. Durant cette période, le vendeur ne peut ni renoncer à la vente, ni de proposer le bien à quelqu’un d’autre. En contrepartie, l’acheteur verse au vendeur une indemnité d’immobilisation égale à 5 % ou à 10 % du prix de vente. S’il se décide à acquérir le bien, cette indemnité s’imputera sur la somme à régler. Dans le cas contraire, elle restera acquise au propriétaire à titre de dédommagement.

Lire aussi

Rétropédalage

La Cour a finalement refusé à un vendeur le droit de revenir sur sa promesse. "Bien que l'acquéreur n'ait pas encore déclaré acquérir, n'ait pas encore levé l'option selon le terme juridique, l'engagement est définitif et la vente forcée peut être ordonnée, ce vendeur ayant donné son consentement sans restriction. Aucune clause de cet "avant contrat" de vente ne lui donne en l'espèce la possibilité de se rétracter", affirment les juges. À la différence de la promesse de vente, qui laisse une liberté à l'acquéreur, le compromis de vente engage également l'acheteur qui ne peut renoncer que dans les cas prévus par ce contrat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

"On est déçu, on est venu profiter des plages" : touristes et habitants face au confinement en Martinique

EN DIRECT - Covid-19 : Israël autorise une 3e dose de vaccin pour les plus de 60 ans

VIDÉO - Turquie : les images impressionnantes des feux de forêt qui ravagent la région d’Antalya

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.