RappelConso : le site qui vous informe sur les produits dangereux ou défectueux

RappelConso : le site qui vous informe sur les produits dangereux ou défectueux

VISIBILITÉ- Le gouvernement a annoncé jeudi le lancement de ce site qui doit faciliter l'information des consommateurs sur les alertes concernant des produits "grand public" dangereux, qu'ils soient alimentaires ou pas.

Flâner dans les rayons peut rapidement virer au casse-tête : multitudes de produits similaires, emballage aux couleurs criardes et étiquettes illisibles. Le gouvernement décide donc d'aider le consommateur à y voir plus clair. Ce jeudi, l'exécutif a annoncé le lancement du site public RappelConso. Sur le portail blanc et bleu - un brin austère - les consommateurs auront accès à une multitude d'informations sur les alertes concernant des produits "grand public" dangereux, qu'ils soient alimentaires ou pas. 

De leur côté, les entreprises devront jouer le jeu. Elles auront l'obligation de déclarer leurs avis de rappel de produits à risque ou défectueux. L'objectif de cette initiative étant de "renforcer la confiance des consommateurs" et de "faciliter la communication sur les alertes pour les professionnels", indique un communiqué. À noter que l'initiative est née à l'issue des dysfonctionnements observés dans la gestion du rappel des laits contaminés à la salmonelle en 2018.

S'il était déjà obligatoire pour une entreprise de communiquer en cas de retrait ou rappel (sous peine d'une amende de 1500 euros), ces données restaient très compliquées à trouver pour le consommateur. Concrètement, quelles informations sont désormais accessibles sur cette plateforme ? On peut observer la photo du produit, la marque, son numéro de lot, mais aussi le distributeur et la zone géographique concernée. Ajoutés à cela, le risque encouru et la démarche à suivre si le consommateur détient le produit rappelé. 

160 rappels de produits allant des quenelles à l'autocuiseur

Parmi les 160 rappels figurant sur le site, l'éventail de produits est assez large : des quenelles pouvant contenir des "résidus de produits chimiques", pour lesquelles le client bénéficiera d'un "bon d'achat du montant du produit rappelé" à des autocuiseurs de onze modèles différents, pouvant provoquer des "blessures externes" en raison d'un système de sécurité défaillant ou d'une soupape qui "ne relâche pas la vapeur". 

Les produits sont donc répertoriés en différentes catégories comme alimentation, automobile et moyens de déplacement, maison-habitat. Cependant, les rappels de médicaments et dispositifs médicaux ne sont pas concernés : ils continueront à être publiés par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

En vidéo

Les produits reconditionnés séduisent de plus en plus les Français

Lire aussi

Ce site public est complémentaire de SignalConso, la plateforme qui permet aux consommateurs de signaler directement à la Répression des fraudes des griefs concernant leurs achats, et aux professionnels de proposer des solutions. Expérimentée dans trois régions en 2019 et généralisée en février 2020, SignalConso a connu un sacré succès auprès des consommateurs mécontents d'un achat en ligne. 

Fin janvier, 25.000 plaintes avaient été enregistrées en quatre mois, soit pas loin de la moitié des 60.000 signalements automatisés effectués pendant la première année de fonctionnement de l'application, dans des secteurs divers (téléphonie, voyages, banques...).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter