Achat d'un logement : quel coût représentent les "frais cachés" ?

Achat d'un logement : quel coût représentent les "frais cachés" ?

IMMOBILIER - Si vous prévoyez d'acheter un appartement ou une maison, attention aux "frais cachés" qui gonflent la facture finale. Ils sont méconnus, mais que représentent-ils ?

Ils rêvaient de devenir propriétaires. Dans un mois, Laura, 23 ans, et Tom, 24 ans, jouiront d'un joli trois pièces de 65 m² à Bordeaux qu'ils ont acquis pour 264.500 euros. Et cerise sur le gâteau, en faisant ce premier achat dans un parc immobilier neuf, le couple a pu contracter un prêt à taux zéro. Mais ils étaient loin d'imaginer tous les frais supplémentaires faisant grimper la facture initiale. Une bien mauvaise surprise. 

Toute l'info sur

Le 20h

Des frais sous-estimés

"Il y a toujours des frais annexes en plus, notamment les frais de notaires. Il peut y avoir aussi des frais de garantie, et tout ce qui va être au niveau de l'assurance qu'on ne prend pas forcément en compte", détaille Laura Lamy, la future propriétaire, dans le reportage de TF1 en tête de cet article. En tout, le couple aura déboursé 17.000 euros en plus du prix net de l'achat. C'est ce qu'on appelle les "frais cachés" ou "méconnus". 

Même s'ils sont bien notifiés, ces frais sont sous-estimés lors d'un premier achat, estime Sébastien Chapron, comparateur en  immobilier neuf. "On lit un peu tout et n'importe quoi sur internet, donc on a beaucoup de primo-accédants qui sont allés voir sur des plateformes de calcul de possibilités d'emprunt, mais qui ne prennent pas en compte justement ce genre de frais supplémentaires", dit-il.

Autre exemple édifiant, en région parisienne, Clémentine, 25 ans, vient d'acheter son premier appartement à 165.000 euros. Elle s'est endettée sur 25 ans pour s'offrir ce 33 m². Mais elle a bien failli baisser les bras, car il a fallu rajouter près de 30.000 euros de frais annexes, assurances ou frais de dossier, facturés par la banque. Au total, ce bien lui aura coûté plus de 192.000 euros. Sans quelques économies, la vente lui aurait échappé. "Je pense qu'il faut avoir un peu d'épargne pour ne pas se lancer dans un projet trop ric-rac. Donc, ce n'était pas simple, mais pas infaisable pour autant", raconte la jeune femme. 

Lire aussi

Les intentions d'achat chez les jeunes sont en chute libre depuis le début de la crise sanitaire. Beaucoup d'entre eux renoncent à leur projet à cause de ces frais méconnus. "Si on n'a pas mis d'épargne de côté pour les financer c'est effectivement une grosse embuche pour réaliser son projet. Aujourd'hui, vous avez neuf banques sur dix qui vont refuser de financer ces frais avec le crédit", estime Cécile Roquelaure, courtier en assurance. Les prix immobiliers, eux, ne baissent toujours pas. Ils ont même progressé de 5% en un an.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Femme de ménage, j’ai plusieurs employeurs, lequel me versera l'aide de 100 euros ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.