Action, Mere… Ces "ultradiscounters" qui lancent la guerre des prix en France

Action, Mere… Ces "ultradiscounters" qui lancent la guerre des prix en France

IMBATTABLE - L'ultra-discount se développe dans l'Hexagone, à l'instar de l'enseigne Action. Les clients se pressent dans ces magasins où les produits du quotidien coûtent souvent moins de deux euros.

Farfouiller, comparer et flairer la bonne affaire : dans ce magasin de la chaine néerlandaise Action, à Charleville-Mézières dans les Ardennes, c'est pratiquement devenu, comme ailleurs en France, un sport national. Rien d'étonnant, à la vue des prix affichés dans les rayons. 

Toute l'info sur

Le 13h

Des vêtements aux produits d’entretien, en passant par le bricolage ou la quincaillerie, le prix moyen est inférieur à 2 euros. Alors forcément, dans ce temple de l’ultradiscount, les paniers se remplissent vite, et parfois même plus que de raison. "On vient pour acheter un produit et au final on revient avec un panier rempli à ras bord", témoigne, amusée, une cliente.

600 magasins ont ouvert dans l'Hexagone depuis 2012

En regardant de plus près, sans grande surprise la qualité des produits peut parfois laisser à désirer. Car pour tirer les prix vers le bas au maximum, le discounter se fournit principalement en Asie. De même, les étiquettes des articles qui proviennent du marché européen sont le plus souvent en langue étrangère. "On ne négocie pas uniquement pour les 600 magasins français, mais pour les 1700 magasins d’Europe. Et donc on trouve au dos du produit la traduction des mentions légales en langue française", explique Laure Carbone, directrice de la communication du groupe Action en France. Pas de quoi rebuter pour autant les clients qui voient ainsi leur pouvoir d’achat multiplié par deux ou trois. 

Le groupe a ouvert son premier point de vente en France en 2012. Depuis sa croissance est exponentielle, preuve de l’engouement croissant des Français pour l’ultradiscount. Chaque semaine, ce sont ainsi deux nouvelles enseignes qui voient le jour sur le territoire français. Autre particularité, les magasins se déclinent toujours sur le même modèle : une sorte de grand hangar au décor minimaliste, avec carrelage et éclairage identique, une signalétique sommaire, et pas de musique d'ambiance pour ne pas payer de droits d'auteur. Tout a été pensé, de A à Z, pour réduire au maximum les coûts. 

Après Action, le russe Mere à l'assaut de la France

Une équation qui marche, l’enseigne est devenue, en l'espace de sept ans, la troisième marque préférée des Français et ne compte pas s'arrêter là. Le groupe prévoit en effet d’ouvrir une centaine de nouveaux magasins au cours de l’année 2021. Et il n'est pas seul à se lancer sur le marché très convoité des tout petits prix. 

Lire aussi

La chaîne de magasins russe Mere, spécialisée dans l’alimentaire, s’apprête quant à elle à ouvrir ses premiers points de vente dans l'Hexagone à l’automne. Dans ses magasins, les clients se servent directement sur les palettes où les aliments sont disposés dans leurs cartons de livraison. L'enseigne économise sur tout et assure proposer des prix encore inférieurs à la concurrence

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

John McAfee, créateur de l'antivirus du même nom, s'est suicidé dans sa prison en Espagne

40% des nouveaux contaminés sont vaccinés en Israël : des failles dans le Pfizer ?

Disparition de Lucas Tronche, 15 ans, en 2015 : des ossements et un sac retrouvés

Impôt sur les successions, retraite à points, tarification du carbone... Les propositions phares du rapport remis à Macron pour l'après-Covid

Covid-19 : que sait-on du nouveau variant Delta Plus découvert en Inde ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.