Black Friday : un engouement que les petits commerces ne partagent pas

Black Friday : un engouement que les petits commerces ne partagent pas

Qu'il soit des géants d'Internet ou des petits commerçants, tous avaient accepté de reporter le Black Friday d'une semaine. L'opération commerciale a donc eu lieu aujourd'hui en France. Une aubaine dont les petits magasins n'ont pas forcément profité.

Des rabais alléchants s'affichent sur leurs vitrines, mais en coulisses, certains commerçants font grise mine. À Bordeaux, Nicolas Bonfils, vendeur de bijoux, a dû brader ces bijoux pour jouer le jeu du Black Friday. "Je trouve vraiment que ce sont des opérations lamentables à deux doigts de Noel parce que ça nous fait perdre énormément de marges. Et on est obligé de jouer le jeu vis-à-vis du client", dit-il.

Toute l'info sur

Le WE

Impossible de rivaliser avec les géants du textile. Si les grandes enseignes font des marges importantes, c'est qu'elles achètent peu cher et en grande quantité. C'est leur secret. Le point fort de la grande distribution que ce soit en magasin ou sur Internet, ce sont tout simplement les volumes. Du volume et des stocks conséquents qui coûtent cher.

Dans certaines enseignes de prêt-à-porter, officiellement pas de Black Friday mais des remises allant jusqu'à 70 % pendant plusieurs semaines. Le but est d'écouler à tout prix les stocks de la saison. D'autres promotions auront lieu lors des soldes. Les petits commerçants ont obtenu leur report au 20 janvier prochain.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 16.600 cas ces 24 dernières heures

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Variants du coronavirus : faut-il privilégier le masque FFP2 dans les lieux à risques ?

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Lire et commenter