La demande et les prix flambent : attention à la pénurie de bois de chauffage

À l'approche de l'hiver, ceux qui se chauffent au bois cherchent à se faire livrer. Les demandes sont telles qu'il y a un risque de pénurie dans plusieurs pays.

ÉNERGIE - Face à la hausse des tarifs de l’électricité, les demandes de bois de chauffage sont telles qu’un risque de pénurie pourrait se déclarer dans plusieurs pays. Les exploitants forestiers français ont déjà du mal à répondre à la demande.

Jour après jour, Christophe Bellye, livreur de bois, enchaîne les livraisons sans jamais s'arrêter. Cette activité exceptionnelle n'est pas seulement due à l'arrivée du froid, mais surtout à la situation économique. En effet, pour beaucoup de clients, le bois de chauffage a un avantage, son prix.  

Toute l'info sur

La flambée des prix de l'énergie

Avec cinq stères d'un mètre cube pour 300 euros, ils peuvent chauffer leur maison pendant tout l'hiver et ainsi alléger leur facture d'électricité. "Ça vient en complément surtout du chauffage électrique, parce que maintenant, c’est devenu très cher. C'est plus économique", explique une cliente.

Des exploitants forestiers qui croulent sous les commandes

Pour certains clients, le bois est même devenu l'unique moyen de chauffage. Par conséquent, les demandes sont en augmentation et le volume des ventes n'a jamais été aussi haut, au point qu'il est difficile de répondre à toutes les commandes. Romain Roche, dirigeant de l'entreprise "Bois éco énergie" à Champeix dans le Puy-de-dôme, est obligé de se fournir un peu plus loin.

En achetant le bois un peu plus cher à la coupe, les prix devraient mécaniquement augmenter. "Aux alentours de 5% on pense, mais ça reste quand même assez limité par rapport aux autres consommables", relativise le vendeur. "Sur un camion, pour un foyer, pour environ cinq stères, ça fait de l'ordre d'à peu près 15-20 euros selon le diamètre du bois", détaille le gestionnaire de l'entreprise, Aurélien Jarlier.

En vidéo

Bois de chauffage : la demande et les prix flambent

Bastien Poignet, codirigeant d'une exploitation forestière en Corrèze, n'aura lui même pas le temps d'augmenter ses prix, les stocks n'ont jamais été aussi bas aussi tôt dans la saison. "La fin d’année va être très compliquée. Là on a environ un mois, un mois et demi de stock et après, on va être obligé de refuser des commandes", indique-t-il.

Lire aussi

En France, ce sont plus de 7 millions de logements sont entièrement ou partiellement chauffés grâce au bois. La situation est d'autant plus difficilement imprévisible que les stocks sont constitués bien avant la période de froid. Il faut en effet près de deux ans pour faire sécher les espèces destinées au chauffage.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'OMS conseille aux plus de 60 ans et aux personnes vulnérables de ne pas voyager

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

EN DIRECT - Présidentielle : "Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.