Noël : ces ruptures de stock en magasin qui font exploser les prix des jouets sur internet

Noël : ces ruptures de stock en magasin qui font exploser les prix des jouets sur internet

CADEAUX - À quinze jours de Noël, il y a déjà des ruptures de stock sur les jouets les plus demandés au Père Noël. Et cela fait flamber certains prix pratiqués en ligne.

C'est un casse-tête pour les parents qui cherchent un jouet précis... qui n'est plus en rayon. Comme chaque année, à la mi-décembre, certains objets inscrits en bonne place sur les listes au père Noël, sont hélas déjà en rupture de stock. C'est par exemple le cas du "Bus de l'amitié" de la marque Lego.  Victime de son succès, il est quasiment introuvable dans l'ensemble des magasins français. 

Dernier espoir ? Écumer les sites Internet pour le trouver avant Noël et le déposer au pied du sapin. Une solution qui peut cependant coûter cher, avec des prix parfois multipliés par trois. Ce Lego est en effet proposé à presque 90 euros en ligne sur des plateformes en ligne, au lieu de 55 euros en boutique physique. Sans oublier que l'acheteur doit ensuite ajouter une trentaine d'euros de frais de livraison. Au total :  120 euros à débourser pour un jouet censé coûter deux fois moins. À l'origine de ces ventes virtuelles, des particuliers qui ont compris la combine pour faire du profit sur le dos d'un Père Noël probablement mécontent.

Toute l'info sur

Tout pour briller à Noël

Quels jouets en rupture ?

Parmi les autres articles populaires mais difficiles à trouver, la" Station Dinosaure". "Il n'y en a plus depuis mi-novembre. Si le fabricant en avait produit deux fois plus, il les aurait tous vendus", affirme Franck Mathais, porte-parole de Joué Club, sur TF1. De même, la "Barbie Color Reveal", est déjà  épuisée dans cette enseigne, depuis fin novembre. Quant au "Bus de l'amitié", "après ce week-end, on ne le trouvera plus en magasin", prévient-il. 

Face aux rayons vides, ou recomposés pour dissimuler les trous, certains clients parviennent cependant à prendre ces pénuries avec philosophie : "Ce n'est pas grave. Il y a d'autres choses sur la liste donc on va essayer de trouver", relativise une cliente face aux caméras de TF1. Plus chanceuse, une autre est soulagée d'avoir pu remplir son panier comme elle le souhaitait : "J'ai tout trouvé et, pour l'un des articles, j'ai pris le dernier". 

Dernier espoir chez la concurrence

"Nous ne sommes pas encore dans cette phase", contrebalance la Grande Récré. "Quand nous avons vu l'engouement des consommateurs dès mai dernier, notamment sur les jeux de société, nous avons décidé d'augmenter nos stocks de 30% sur de nombreuses références. La seule rupture que nous avons pour le moment concerne les calendriers de l'Avent", poursuit l'enseigne, sans exclure de possibles prochaines ruptures de stock... surtout si les clients, qui se cassent le nez ailleurs,  viennent tenter leur chance au sein de ses magasins.

Lire aussi

Comment expliquer ces ruptures de stock ? L'épidémie du Covid-19 serait en partie responsable car des usines n'ont pas eu la possibilité de produire suffisamment. Et même quand la production a été suffisante, certaines enseignes n'ont pas anticipé le succès rencontré par certains articles.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "90% de primo-vaccinés à Noël", prévoit Jean Castex

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.