CPF : comment des escrocs détournent l'argent des formations

CPF : comment des escrocs détournent l'argent des formations

CYBERCRIMINALITÉ - Depuis 2019, le compte personnel de formation (CPF) n'est plus crédité en heures mais en euros. Cela n'a pas échappé aux escrocs, qui ont déjà fait plusieurs milliers de victimes.

Les escrocs ne manquent pas d’imagination : arnaques aux assurances-vie, aux cartes bancaires ou encore aux aides à la rénovation énergétique… Tous les moyens sont bons pour arracher quelques euros. Le reportage de TF1 ci-dessus se penche sur les réseaux cybercriminels qui parviennent désormais à détourner l’argent déposé sur votre compte personnel de formation (CPF). 

Pour rappel, il s’agit d’un dispositif qui permet à un salarié, tout au long de sa vie active, de financer une formation ou une éventuelle reconversion. Et les fraudes répétées ont déjà créé un trou conséquent dans la caisse : au total, on compte plus de 10 000 victimes et douze millions d'euros siphonnés.

Toute l'info sur

Le 20h

Comme beaucoup d'escroqueries, l'opération commence par un message ou un appel téléphonique. "Votre budget CPF vient d'être augmenté. Réclamez votre formation", pouvez-vous lire sur votre écran lumineux. Très vite, quelqu’un vous contacte. À l’appareil, un escroc se glisse dans la peau d’un employé à la Caisse des Dépôts et vous assure que votre compte n’est pas à jour. Il s’en occupe. "Il m'a demandé mes identifiants et mon mot de passe afin de créditer ces heures de formation auxquelles j'avais soi-disant droit", raconte Juliette Chevalier, l'une des victimes.

Le piège se referme. En quelques clics, elle se retrouve inscrite à une fausse formation, et son compte est délesté de 1600 euros. "Il va suffire d'un appel téléphonique qui va durer quelques minutes pour voler le numéro de sécurité sociale et le mot de passe. Ils peuvent commander des formations qui peuvent être chiffrées en milliers d’euros", indique Jérôme Notin, agent en charge de l'aide aux victimes d'escroquerie en ligne. Et ces aigrefins savent se montrer très persuasifs, usant d'un argument phare : "Si l’on ne crédite pas vos heures de formation, elles seront perdues". Alors que les Français ont jusqu'au 30 juin 2021 pour récupérer leurs heures de DIF, les escrocs misent sur cet argument pour crédibiliser leur démarche.

Dès que vous entendez CPF, raccrochez- Michel Yahiel, le directeur des retraites et de la solidarité à la Caisse des Dépôts.

Mais comment expliquer la multiplication des fraudes au CPF ? Depuis 2019, le compte personnel de formation n'est plus crédité en heures mais en euros. Chaque année, de l’argent y est donc déposé par les employeurs via la Caisse de Dépôts. "Beaucoup de gens ne comprennent pas trop comment ça marche. C'est là où les escrocs vont s'engouffrer dans la brèche pour passer des formations à leur profit ou faire commander des formations fantoche qui n'existent pas et n'auront jamais lieu", souligne l'agent. L'organisme de formation malveillant va ensuite réclamer la somme à l'Etat. "Dès que vous entendez CPF au téléphone, le mieux c'est de raccrocher", prévient Michel Yahiel, le directeur des retraites et de la solidarité à la Caisse des Dépôts.

Lire aussi

Face à la prolifération de ces arnaques, une enquête a été ouverte pour "atteinte à des systèmes de traitement informatique", "extractions frauduleuses de données" et "escroquerie en bande organisée". Les comptes débités frauduleusement ont été recrédités par la Caisse de Dépôts. Les voleurs risquent 375.000 euros d'amende. Mais encore faut-il les retrouver. "Il y a très peu de plaintes car ces euros ne sont pas des espèces sonnantes et trébuchantes", rappelle Jean-Jacques Latour, responsable de l'expertise en cybersécurité pour cybermalveillance.gouv.fr interrogé dans le quotidien Le Parisien. Le spécialiste est souvent confronté à ce type d'arnaques. Il considère que l’application du CPF est "devenue un terrain de jeu incroyable pour les cybercriminels".  Et la crise sanitaire a été un terreau fertile pour les manœuvres frauduleuses : en 2020, elles ont encore grimpé d'environ 15%.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter