S'abonner à une voiture comme à Netflix, une formule intéressante ?

S'abonner à une voiture comme à Netflix, une formule intéressante ?

TENDANCE - L’Europe est en passe de devenir le premier marché mondial de l’abonnement automobile. 20% des voitures neuves seraient concernées par cette solution. On vous explique.

S’abonner à une voiture comme on le fait pour une plateforme de VOD ou avec un opérateur mobile, c'est possible. Il s'agit d'un changement de mode de consommation qui pourrait bien marquer la fin de l’achat de sa voiture neuve ou d’occasion, et cette tendance s'accentue. 

Certains ont déjà sauté le pas, à l'instar d'Aurore, sollicitée dans le reportage en tête de cet article. "C’est quand même beaucoup plus serein d’avoir l’abonnement parce que du coup, je peux le moduler comme j’ai envie. Si je veux monter de gamme, changer de véhicule, c’est possible, si j’ai envie de réduire l’abonnement, c’est possible aussi", affirme-t-elle dans le sujet de TF1.

Toute l'info sur

Le 20h

De plus, elle peut résilier son contrat à tout moment. Une flexibilité totale pour 330 euros par mois, assurance et entretien compris. "J’avais des difficultés à obtenir un crédit, du coup, en passant par ce système-là, où ils évaluent simplement par rapport au salaire, à ce qu’on touche, c’est beaucoup plus simple", poursuit-elle. 

Sur Internet, ces offres d’abonnement se multiplient ces derniers mois. Pour une même voiture, l’abonnement coûte 305 euros par mois contre 131 pour la location longue durée. En revanche, comme l’a expliqué Aurore, l’assurance et l’entretien sont compris, il n’y a pas d’engagement ni besoin d’apport. Pour la location longue durée, rien n’est inclus et 24 mois d’engagement sont imposés ainsi que 5000 euros d’apport nécessaires. Ce qui fait grimper la facture mensuelle à 339 euros. 

Des mentalités qui ont changé

Alors, l’abonnement est-il un marché d’avenir ? Il répond aux attentes des clients, affirme Clotilde Delbos, directrice générale de Mobilize du groupe Renault. "C’est effectivement un marché qui est tout petit. On parle de 50.000 à 70.000 véhicules maximum sur tout le marché européen, mais c’est un marché que l’on estime être extrêmement prometteur"

Lire aussi

Une confiance partagée par Éric Champarnaud, expert automobile, qui entend parler de cette tendance depuis 20 ans. Aujourd’hui, les mentalités ont changé, déclare-t-il. "On est moins attaché à la possession, plus à l’usage de la voiture, donc la propriété est moins importante. Les jeunes générations sont plus habituées à consommer par abonnement. Ils veulent de la souplesse, de la réactivité", ajoute-t-il. 

Selon une étude menée par le Boston Consulting Group (BCG), l’Europe pourrait devenir le premier marché mondial de l’abonnement automobile : "Le marché en Europe et aux États-Unis pourrait atteindre 30 à 40 milliards de dollars d’ici à 2030, soit 15 % des ventes de voitures neuves, sur la base d’un volume de 5 à 6 millions de véhicules d’abonnement", est-il précisé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'Australie avait de "profondes et sérieuses réserves" concernant les sous-marins français, riposte son gouvernement

EN DIRECT - Crise des sous-marins : un échange entre Emmanuel Macron et Joe Biden "dans les tout prochains jours"

EN DIRECT - L'assouplissement du pass sanitaire "probablement" au menu d'un conseil de défense mercredi, selon Attal

Hautes-Pyrénées : un mort et deux blessés graves lors d'une rixe entre bikers à Tarbes

Olivier Véran dessine les contours d'un pass sanitaire différencié selon les territoires

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.