Électricité : pourquoi les prix vont encore augmenter

Électricité : pourquoi les prix vont encore augmenter

REPORTAGE - Les tarifs de l'électricité vont encore augmenter de 10 % dans les prochains mois. Jusqu'où vont-ils grimper ? Se chauffer va-t-il devenir un luxe ? Y a-t-il un moyen de réduire la facture ?

Ce serait du jamais vu, 10 % de hausse, cela reviendrait à 150 euros en un an pour un foyer qui se chauffe à l'électricité. Impensable pour Virginie Delseau, une mère de famille qui fait tout ce qu'elle peut pour réduire sa consommation, par exemple, brancher sa machine à café seulement quand c'est nécessaire. Malgré ses efforts, jeudi dernier l'électricité lui a été coupée pour cause de factures impayées. "J'avais prévenu mon fils en disant ne t'inquiètes pas, on va être coupé d'EDF. Je vais être obligée de faire un dossier de surendettement. On ne peut pas s'en sortir, c'est pas possible", dit-elle.

Toute l'info sur

Le 20h

Pourquoi une telle flambée des prix ? La France produit 75% de son électricité à un tarif modéré grâce à ses centrales nucléaires, mais le prix final est fixé au niveau européen par un marché directement lié au gaz en provenance de Norvège, de Russie ou encore d'Algérie largement utilisé pour produire de l'électricité. Depuis le début d'année, les tarifs du gaz flambent, plus 300 %. Même si la France utilise très peu d'électricité à base de gaz, elle subit de plein fouet les fluctuations du marché.

Pour Jérémie Haddad, expert en énergies et associé EY Consulting, "les deux raisons majeures, c'est que personne ne s'attendait à une reprise économique d'une telle ampleur qui génère un besoin en gaz sur toute la planète. Et puis deuxièmement, le prix du carbone qui a doublé depuis le début de l'année qui fait aussi augmenter les prix". Quant aux énergies renouvelables, le manque de vent dans certaines régions en Europe n'a pas arrangé les choses.

L'État peut-il faire baisser nos factures d'électricité ? Le prix se décompose en trois tiers : les coûts de production, les coûts d'acheminement et un tiers de taxes, dont presque la moitié de TVA . Une taxe trop élevée selon Antoine Autier, responsable d'études chez UFC-Que Choisir. Et il souligne que "si les pouvoirs publics veulent rendre du pouvoir d'achat aux consommateurs, ils le peuvent". C'est d'ailleurs ce que vient de décider l'Espagne en divisant par deux la TVA sur l'électricité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Hautement transmissible", le variant Omicron exige une "action urgente", selon le G7

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.