Près de 10.000 euros la paire de chaussettes : Napoléon fait toujours flamber les enchères

Près de 10.000 euros la paire de chaussettes : Napoléon fait toujours flamber les enchères

NAPOMANIA - 200 ans après sa mort, Napoléon 1er passionne toujours autant les collectionneurs, qui s’arrachent le moindre objet lui étant relié. Parfois pour des sommes folles.

C’est un culte qui ne s’essouffle pas. Alors que 2021 coïncide avec le bicentenaire de la mort de Napoléon, l’Empereur continue de susciter la passion. Ainsi, de nombreuses ventes d’objets de l’Empire sont régulièrement organisées, notamment par Me Jean-Pierre Osenat, commissaire-priseur, qui en dirige environ quatre par an. Cette semaine à Paris, malgré le confinement, cette nouvelle vente a provoqué l’emballement des acheteurs à l’autre bout du fil.

Si un portrait de Bonaparte ou encore un sabre sont partis, un autre objet a été raflé pour une somme record. Une paire de chaussettes de Napoléon a ainsi été achetée pour près de 10.000 euros. "Vous allez y trouver l’ADN de l’Empereur. À l’époque, on ne portait pas de chaussettes, on portait des bas qui montaient jusqu’en haut. Là, on est dans l’intime et en achetant les bas de l’Empereur, on cherche à se rapprocher de lui. C’est un peu du fétichisme", explique Jean-Pierre Osenat.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Des répliques de chaussettes de l'Empereur bientôt disponibles

Les auteurs de cet achat, des marchands de chaussettes et des Bonapartistes convaincus, assument avoir fait une petite folie. "Ce n’est pas rationnel, je le conçois facilement mais on ne peut pas être insensible à cette forme de présence", déclare à TF1 Jacques Tiberghien, fondateur de "Mes chaussettes rouges". "Quand on les touche et qu’on ferme les yeux, c’est vrai qu’on se plait parfois à y croire", ajoute son associé Vincent Metzger.

Si cet achat relève de l’insolite, il n’est pas seulement le fruit d’une "folie". En effet, les deux hommes ont en tête de produire des copies de la chaussette impériale. Un investissement qui, semble-t-il, va payer. "On a les chaussettes seulement depuis lundi et on n’a pas encore fait les répliques, mais ce qui est sûr, c’est que les précommandes sont déjà au rendez-vous pour avoir des chaussettes qui ressembleront à celles que portait l’Empereur", se réjouit Vincent Metzger.

Un héritage universel

Les achats d’objets relatifs à Napoléon arrivent du monde entier, l’héritage de l’Empereur étant universel. Les premières collections de reliques ont même commencé de son vivant, notamment en Angleterre. Parmi les plus grands collectionneurs des objets liés à Napoléon, un certain Pierre-Jean Chalençon. Véritable boulimique et passionné, ce dernier achète, depuis son adolescence, tous les objets à sa portée et le rattachant au natif d’Ajaccio.

Notamment un trône d’apparat sur lequel l’Empereur s’est assis, acquis pour la modique somme de 500.000 euros. "Ce n’est pas tous les jours qu’on achète un trône de Napoléon ! Je suis très fier de l’avoir eu car il était aux Etats-Unis et des trônes, il n’y en a pas tant que ça, huit ou dix, qui sont pour la plupart tous dans des musées, le seul qui soit en mains privées c’est celui-ci et celui du roi du Maroc", se félicite Pierre-Jean Chalençon.

Lire aussi

Deux siècles après la mort du premier empereur des Français, le business lucratif autour de lui est toujours intact, certains n’hésitant pas à mettre en vente de simples mèches de cheveux collées sur du papier ou encadrées sous verre et ayant apparemment appartenu à Napoléon. Des faux aussi nombreux à travers le monde qui prouvent l’engouement que suscite encore et toujours celui qui a régné pendant presque dix ans sur la France et l’Europe.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter