Immobilier : budget, faisabilité, durée... les dangers de l'achat de maisons avec travaux

Pour réduire la facture finale de l'achat d'une maison, certains décident de faire les travaux eux-mêmes, mais cela revient-il toujours moins cher ? Acheter une maison à retaper est-il vraiment une bonne idée ?
Conso

PROPRIÉTÉ - Des vices cachés aux travaux sous-évalués, nombreux sont les nouveaux acquéreurs à être dépassés après l'achat d'une maison. Quelques conseils sont bons à prendre.

Acheter sa maison à moindre coût en espérant réaliser soi-même les travaux nécessaires, l'option est alléchante. Mais plusieurs écueils guettent les nouveaux propriétaires.

Antoine Mezergues en sait quelque chose. Lorsqu'il a acheté sa maison pour 290.000 euros, il a évalué le montant des rénovations à 100.000 euros. Mais rien ne s'est passé comme prévu. En refaisant les murs, il s'est aperçu que l'électricité n'était plus aux normes. Il a donc dû faire appel à un professionnel. De la même manière, au premier étage, certaines poutres qui soutenaient le plancher s'affaissaient et devaient être consolidées. Là encore, une entreprise est intervenue. 

Toute l'info sur

Investir dans l'immobilier

Montant total du surcout des travaux : 50.000 euros. L'acheteur a donc dû faire des choix et renoncer à rénover la toiture de la bâtisse. "C'est un métier de faire des travaux. J'avais l'ambition de tout faire seul, mais je n'en ai pas la capacité. Donc c'était trop ambitieux. J'ai envie de me convaincre qu'on va s'en sortir, mais ça peut être vite galère", constate Antoine Mezergues pour TF1, dans la vidéo en tête de cet article.

Olivier Werquin, lui, a décidé d'opter pour la prudence. Il a également acheté sa maison, pour 239.000 euros. Et lui aussi a dû faire des rénovations notamment pour remplacer l'intérieur, qui date des années 1970. Dans la cuisine aussi, "on va tout changer", nous confie-t-il, ajoutant qu'il compte "rénover toute la salle-de-bain", ainsi qu'une chambre. Pour cela, le nouveau propriétaire compte presque tout faire de ses propres mains. Et pour cause : son budget n'est que de 42.000 euros.

"Si on sous-estime les travaux, ça peut être très compliqué"

Mais pour s'éviter les mauvaises surprises, ce bricoleur s'applique une seule règle : surestimer un peu la facture dans chaque pièce. "J'ai estimé le coût de la salle-de-bain - avec tous les matériaux, tous les meubles, tous les accessoires - et j'ai compté 10% en plus. Ça me permet d'avoir une marge. Et à la fin, évidemment, si je n'ai pas utilisé ces 10%, c'est une somme que je pourrai réinjecter dans d'autres travaux", explique-t-il.

Seule exception à sa volonté de tout réaliser seul : l'isolation, pour laquelle il a fait appel à une entreprise certifiée par l'État. C'est la condition pour bénéficier d'une aide à la rénovation énergétique. "Ici, en fonction des conditions de revenus, notamment, [le client] pouvait prétendre jusqu'à 12.000 euros d'aides" pour cette maison, explique Damien Clarisse, directeur d'une agence Avenir rénovations. Olivier Werquin, qui "avait estimé [les aides] à 8000 euros", savoure "la bonne nouvelle". Au total, si tout se passe comme prévu, sa maison va lui coûter 270.000 euros.

Fabrice Boulay, agent immobilier à Senlis, dans l'Oise, confirme le bien-fondé de la stratégie d'Olivier Werquin. "Si on sous-estime les travaux, si on est mal conseillé sur la nature des travaux à réaliser, si on n'a pas une idée précise du budget, ça peut être très compliqué".

De son côté, David Rodrigues, juriste spécialiste du logement à la CLCV, souligne que de nombreux propriétaires se laissent dépasser par l'ampleur de la tâche et sous-estiment "le surcoût" ou encore "la fatigue". "Vous allez vivre dans un chantier pendant plusieurs années", rappelle-t-il, avant de résumer le choix qui se pose aux futurs acheteurs tentés de rénover eux-mêmes leur bien : "Est-ce que le jeu en vaut vraiment la chandelle ?"

Lire aussi

Sans compter la question de la responsabilité juridique des travaux : si vous les faites vous-mêmes, ils ne sont pas soumis à une garantie décennale. Et en cas de sinistre grave, les conséquences financières seront à votre charge.

Comme Antoine et Olivier, de nombreux Français - 82% exactement - seraient prêt à acheter un bien immobilier nécessitant des travaux, conclut une étude publiée mi-mai par SeLoger.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.