VIDÉO - La fin du jambon rose ? Des députés demandent l'interdiction des nitrites

VIDÉO - La fin du jambon rose ? Des députés demandent l'interdiction des nitrites

SANTÉ PUBLIQUE - Plusieurs députés devaient déposer ce jeudi une loi visant à interdire les nitrites, des conservateurs accusés d'être cancérigènes et donnant une couleur rose au jambon.

Les nitrites, qui donnent ce teint rosé au jambon (au lieu d'une couleur grisâtre) sont dans le collimateur des députés. Si ces conservateurs donnent ainsi une couleur chair à l’aliment, ils sont considérés comme cancérigènes. Au point que des députés devaient déposer ce jeudi une loi visant à les interdire, selon les informations du Parisien."Après une enquête parlementaire sérieuse, tout le monde reconnaît que ces produits tuent. Si cette proposition ne passe pas, comme élu je me demande à quoi je sers", indique au quotidien l’un des auteurs du projet de loi, le député du Loiret Richard Ramos.

Toute l'info sur

Le 20h

Dès 2023 pour les jambons crus ?

Le but de cette loi serait d’interdire de manière progressive les nitrites, d’abord dès 2023 pour les jambons crus et secs comme le jambon de Bayonne, notamment car ils ne présentent pas de risque de botulisme, une forme d’intoxication alimentaire grave pour de la charcuterie, et n’ont donc pas besoin de nitrites pour être "conservés". Les fabricants de jambon de Parme ont d'ailleurs renoncé au nitrite dès 1993 pour revenir à des procédés traditionnels. Pour les jambons cuits comme les jambons blancs, les andouillettes, les rillettes, les boudins et les terrines, présentant en revanche un risque de botulisme, une interdiction plus tardive (à partir de 2025) serait alors demandée.

Lire aussi

Axel Kahn, le président de la Ligue contre le cancer, est également opposé à ces nitrites. "En France, on considère que chaque année, entre 1200 et 3400 décès par cancers colorectaux sont imputables aux charcuteries nitritées. Le bilan va jusqu'à 4000 si l'on ajoute les cancers gastriques (...) Les premiers soupçons remontent à quinze ans, il est temps d'agir", martèle-t-il au Parisien, alors que les nitrites sont utilisés dans 80% de la charcuterie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EN DIRECT - Covid-19 : l'OMS appelle à cesser la vente de mammifères sauvages vivants sur les marchés

Covid-19 : la pandémie à un point "critique", alerte l'OMS

Lire et commenter