Le grand format : que cache le label "Coton bio" ?

Le grand format : que cache le label "Coton bio" ?

Chaque année dans le monde, nous produisons 25 millions de tonnes de cotons, une culture à très grande échelle, pas toujours très écologique. Pour la rendre plus verte, plusieurs professionnels du secteur se sont lancés de le Coton bio.

Il suffit de quelques clics lors de ses achats en ligne à la maison pour s'en apercevoir : la couleur à la mode, c'est le vert, avec des draps responsables et des chemises durables. L'une des industries les plus polluantes de la planète est-elle soudainement devenue écolo ? La mention "coton biologique" est devenue de plus en plus fréquente, mais seul 0,7% du coton produit dans le monde est aujourd'hui bio alors qu'il envahit nos rayons. Une présence qui interroge. C&A est le plus gros acheteur mondial de coton bio. L'enseigne populaire vendait un million de vêtements bio il y a quinze ans. C'est 157 millions aujourd'hui, une progression exceptionnelle, avec une contrainte : trouver la matière première. Leur coton vient essentiellement d'Inde. C'est le cas pour la moitié du coton bio. Il est aussi produit en Chine, au Kirghizistan, ou aux États-Unis.

Toute l'info sur

Le 20h

Pourquoi y en a-t-il si peu ? La production de coton conventionnelle est OGM, très gourmande en eau et massivement traitée avec des pesticides. Produire sans polluer, c'est un énorme changement pour cette filière. Un défi que cet agriculteur du Gers a relevé. Il produit le seul coton français. Il a trouvé une variété adaptée à notre climat et parvient à la cultiver sans pesticide, car il ne cherche pas à obtenir les quantités des géants de l'industrie textile. Mais du champ à notre armoire, lorsqu'il n'est pas français, le coton voyage énormément.

Produire bio coûte un peu plus cher. Pourtant, les prix des multinationales de la mode n'ont quasiment pas augmenté. Des tee-shirts à 4 €, des pulls à 12 €, comment y parviennent-elles ? Avant le confinement, cette grande marque a accepté de nous laisser assister à une réunion où l'on trouve des solutions pour faire des économies sur chaque détail de la conception. À la différence de l'alimentaire, rares sont les logos officiels sur nos habits. Organic 100 et Global Organic Textile Standard (GOTS) sont les deux seuls labels internationaux qui vous certifient d'avoir acheté un vêtement bio. Pour toutes les autres mentions, il est impossible d'en être certain. Mais votre achat est-il forcément meilleur pour l'environnement ?

"Acheter un vêtement en coton bio est juste un tout petit vertueux, mais pas tant que ça. Il y a vraiment toute la chaîne à respecter, et à la limite, faire en sorte de ne pas avoir à acheter un produit qui vient du bout du monde", nous explique Nathalie Ruelle, professeure à l'Institut français de la mode. La part de la matière première est infime dans la pollution causée par la fabrication d'un vêtement. Acheter local ou d'occasion serait finalement plus écologique qu'acheter seulement du coton biologique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EN DIRECT - Covid-19 : l'OMS appelle à cesser la vente de mammifères sauvages vivants sur les marchés

Covid-19 : la pandémie à un point "critique", alerte l'OMS

Lire et commenter