Logement étudiant : le top des villes françaises les plus et les moins chères

Logement étudiant : le top des villes françaises les plus et les moins chères

COÛT DE LA VIE - Confrontés depuis plusieurs années à l'inflation du prix des petits logements, les étudiants sont de plus en plus nombreux à fuir les grandes agglomérations comme Paris. À l'approche de la rentrée, LCI fait le point sur ces villes françaises où il est plus et le moins cher d'habiter pour eux.

Malgré la crise du Covid-19, le prix des loyers continue de progresser en France. En moyenne, un étudiant devra payer 550,92 € pour se loger en 2021, indique l’Union nationale des étudiants de France (Unef) dans sa dernière enquête publiée cette semaine. Un réel motif d'inquiétude lorsque l'on sait que le loyer est le premier poste de dépenses des jeunes (50 à 60% du budget). 

Pire, la fracture continue de s'aggraver entre l'Île-de-France (674,30 € en moyenne) et les villes de province (499,95 € en moyenne), pointe de son côté la Fédération des associations générales étudiantes (Fage) dans une autre étude. "Entre tension quantitative dans de nombreuses villes universitaires et hausse constante des frais de loyers, cela fait de l’accès au logement une réelle problématique sociétale", pointe le syndicat. 

Toute l'info sur

Le 20h

Région la plus peuplée de l'Hexagone, l'Île-de-France capte logiquement le plus d’étudiants. Selon l’Atlas régional 2018-2019 des effectifs étudiants du ministère de l’Éducation nationale, près d’un tiers des 2.700.000 élèves de l’enseignement supérieur y habite. Problème, ce territoire concentre les loyers les plus chers (674 € en moyenne pour un logement de moins de 30 m2). Selon l'Unef, le prix moyen d'un mois de loyer à Paris s'élève même à 850 €. Nice (623 €), Lyon (580 €), Aix-en-Provence (563 €) et Bordeaux (561 €) sont les grandes villes universitaires tricolores les plus chères en dehors de la région parisienne.

Angers, nouvel eldorado des étudiants

Ces prix expliquent que la jeunesse s'exporte progressivement vers des villes de taille plus modeste. Un phénomène encore amplifié par la crise sanitaire, qui a mis en lumière la nécessité d'avoir un espace de vie important et un cadre de vie plus attractif. En à peine deux ans, Angers et ses loyers raisonnables (398 € en moyenne) ont par exemple accueilli 3000 étudiants supplémentaires. "Quand j’étais au lycée, c’était mon rêve d’aller étudier dans une grande ville telle que Paris. Mais avec le confinement, j’apprécie énormément le fait qu’Angers soit plus petite. Le coût de la vie est beaucoup moins élevé", témoigne auprès de TF1 une étudiante en psychologie dans la vidéo en tête de cet article. Les agences immobilières locales croulent sous les demandes. Conséquence directe, les loyers commencent à décoller (+4,74% par rapport à 2020). 

Lire aussi

À noter que le quintet de villes aux loyers les moins élevés ne change pas en 2021. Le Mans et Poitiers (347 € chacune), Limoges et Brest (355 € chacune), et Saint-Étienne demeurent les villes universitaires les plus abordables cette année. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : les tests deviendront payants le 15 octobre seulement pour les non-vaccinés, annonce Jean Castex

Le Covid-19 pourrait altérer la matière grise du cerveau même chez les cas bénins

Taux d'incidence du Covid-19 : où en est l'épidémie en France ?

Ségolène Royal échoue à se faire élire au Sénat

Les filles de Barbès

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.