Méfiez-vous du dropshipping, ce piège légal sur Internet

Méfiez-vous du dropshipping, ce piège légal sur Internet

BUSINESS - Au détour d'une visite sur Internet, vous tombez sur un site qui vous propose produits, bijoux, vêtements, à très bas prix. Sauf qu'au moment de recevoir votre colis, la qualité laisse vraiment à désirer... Une pratique pourtant tout à fait légale nommée dropshipping.

Un collier plaqué or pour seulement 20 euros : Aya, étudiante, a acheté ce bijou après avoir vu une publicité sur les réseaux sociaux. Mais à la réception du colis, elle déchante. En plus de l'emballage qui laisse à désirer, la chaîne du pendentif est cassée. Pensant à une escroquerie, elle fait quelques recherches et tombe sur le même article, au prix sidérant d'1 ct sur un site chinois.

Toute l'info sur

LE WE 13h

Le vendeur a eu recours au dropshipping, un procédé peu scrupuleux, de plus en plus courant sur Internet. Le principe consiste à créer un site pour y revendre des produits achetés à prix cassés sur des plateformes en majorité asiatiques. Le revendeur joue alors le rôle d'intermédiaire en se contentant de passer commande, sans fabriquer ni stocker le moindre article... mais en empochant une jolie marge. 

Recours difficiles pour les clients piégés

Épilateurs, bijoux, vêtements, les exemples d'articles donnant lieu au dropshipping ne manquent pas. Pour mieux écouler leurs marchandises, différents revendeurs n'hésitent pas à démarcher les stars d'Internet. Par exemple, Sam Zirah, Youtubeur aux 2 millions d'abonnés, reçoit des dizaines de sollicitations pour vanter les mérites de tel ou tel produit. Mais il refuse de signer de tels contrats et dénonce cette pratique, qui vise à "faire un maximum d'argent en un minimum de temps" sans gage de qualité.

Lire aussi

D'autant que les recours ont peu de chances d'aboutir pour les clients piégés, car le dropshipping est légal. Il convient donc de se méfier lorsque les prix sont trop alléchants sur Internet. "Vérifiez que les coordonnées de la société censée commercialiser les produits sont bien publiés sur le site", conseille maître Stéphane Bellec, avocat au barreau de Paris. Car une fois l'achat effectué, il est difficile d'obtenir un remboursement : les sites disparaissent généralement au bout de quelques mois. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Policier tué à Avignon : le collègue d'Eric Masson présent lors du meurtre reconnaît formellement le principal suspect

EN DIRECT - Tensions israélo-palestiniennes : la France appelle à un "usage proportionné de la force"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.