Nutri-Score : des produits régionaux moins bien notés qu'un soda light ou un sandwich industriel

Nutri-Score : des produits régionaux moins bien notés qu'un soda light ou un sandwich industriel

ALIMENTATION - AOP, IGP, bio… Alors que ces labels sont gages de qualité, ils obtiennent souvent un mauvais Nutri-Score. Des producteurs régionaux accusent ce système d'information nutritionnelle de désavantager leurs produits.

À l'attaque du Nutri-Score. Ce mardi 18 mai, l'Institut régional de la qualité alimentaire d'Occitanie (Irqualim) s’est réuni avec des petits producteurs pour épingler ces étiquettes colorées qui distribuent des notes bonnes ou mauvaises aux produits que l'on achète en supermarché. L'objet de leur courroux : la notation allant de A à E désavantagerait les produits régionaux. Or, si son utilisation est pour l’instant facultative, la Commission européenne souhaite rendre obligatoire ce type de présentation sur la face avant des emballages afin d’aider les consommateurs à faire des choix sains et plus durables d’ici fin 2022. 

Toute l'info sur

Le 13H

"Mais alors, que choisir entre un soda light, classé B car sans sucre mais avec des édulcorants, et un jus de pomme bio fermier, non transformé classé C ?", interroge l’Irqualim dans uncommuniqué. "Entre un fromage à tartiner allégé, classé B, et un Rocamadour, un Roquefort ou un Pélardon classés D ou E mais garants d’une recette traditionnelle ? Entre un rôti de porc cuit (-25% de sel) classé B et une tranche de Jambon Noir de Bigorre AOP classé D ou E ?", poursuit-il. 

Les produits qui auront des notes de D ou de E ne pourront plus avoir accès à la promotion

Des différences de note qui fâchent les producteurs en Occitanie. Pour fabriquer leurs fromages, par exemple, ils ne peuvent pas se permettre d’enlever la matière grasse, de supprimer le sel ou de mettre des conservateurs pour obtenir un meilleur Nutri-Score. Ce serait incompatible avec leur cahier des charges strict qui garantit une qualité supérieure, le bien-être animal et le respect de l’environnement. Or, 90% des fromages sont notés D ou E. Pour le Pélardon par exemple, il est indiqué "mauvaise qualité nutritionnelle, impact environnemental très élevé"

Il en est de même pour le jambon de porc noir de Bigorre, appellation d’origine protégée. Alors que le sandwich industriel que montre TF1 dans la vidéo en tête de cet article est classé B, ce produit est lui noté E. Pourtant, les cochons, qui ne doivent pas être plus de 20 par hectare, sont nourris de manière naturelle. "L’herbe contient de la vitamine E qui est un antioxydant fondamental pour que les animaux fassent un gras de qualité. Bientôt ils vont manger quelques prunes après ça va être, à l’automne, des glands, des châtaignes", explique Jean-Louis Estibaut, éleveur de porcs noirs de Bigorre, dans le reportage de TF1. 

Lire aussi

Les produits régionaux ne peuvent donc selon eux pas rentrer dans cette notation qui ne prend pas en compte le niveau de transformation du produit ni son intensité de consommation. Car on ne consomme pas par exemple 1 litre d’huile d’olive comme 1 litre de boisson. Les producteurs Occitans craignent qu'au final, le Nutri-Score ne profite aux industriels. 

"Le pire, c’est que les produits qui auront des notes de D ou de E ne pourront plus avoir accès à la promotion, souligne Pierre Ginebre, directeur de l’Irqualim. Ça veut dire que pour nous, tous les efforts d’années de travail réalisés pour faire connaître ces produits s’arrêteront et que ce petit produit qui permet de faire vivre des familles va complètement disparaître"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Qui était Jean-Jacques Savin, décédé en voulant traverser l'Atlantique à la rame ?

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

EN DIRECT - Covid-19 : Marlène Schiappa positive, elle se place à l'isolement

"Plus de 50% de la viande consommée en France" est-elle halal ?

A l'hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.