Nutri-score, Éco-score : peut-on se fier aux étiquettes sur les aliments ?

Nutri-score, Éco-score : peut-on se fier aux étiquettes sur les aliments ?

CONSOMMATION : Nutri-score, éco-score, made in France, de nombreux indices fleurissent sur les paquets d’emballages alimentaires. Mais peut-on se fier à ces étiquettes ?

Aujourd’hui, les indices sur les paquets d’emballages alimentaires sont nombreux. Alors peut-on faire confiance à tous ces indicateurs ? Commençons par le logo le plus connu : le nutri-score. Conçu par santé publique France, il évalue la qualité nutritionnelle d’un produit, c’est-à-dire sa teneur en fibres, fruits, légumes et protéines mais aussi en gras, sucre et sel, avec une note allant de A à E. Ce score a mis la pression sur les industriels mais il n’est pas obligatoire. Seul un tiers des produits l’affichent. 

Toute l'info sur

Le 20h

Certaines marques, quant à elles, considèrent que le nutri-score ne reflète pas vraiment la qualité de leur produit. Elles ont alors fait appel à un ingénieur pour créer leur propre système de notation avec une note de 1 à 100 et six critères. "Si ce qui vous intéresse, c'est le bien-être animal, le changement climatique ou la juste rémunération des éleveurs, le nutri-score ne vous apporte rien donc on a besoin d’un autre outil, d’une autre étiquette", relève Maximilien Rouer, co-fondateur du collectif La note globale.

Mais des industriels peuvent-ils noter un poulet qu’ils ont eux-mêmes produit ? La démarche interroge. "On est en train d’intégrer massivement les consommateurs dans cette notation de telle sorte effectivement que ce ne soit pas un petit truc entre amis", poursuit-il. Des dizaines de notes comme celles-là sont aussi présentes sur notre téléphone via des applications lancées par les grandes surfaces et les marques mais aussi les associations de consommateurs et les collectifs indépendants. Présence ou non d’allergènes, niveau de transformation du produit, toutes ces applications ont des critères différents. 

Un nouveau système de notation : l’éco-score

Parmi tous ces systèmes de notation, le dernier en date s’appelle l’éco-score. Le gérant d’une épicerie en ligne, que vous voyez dans le reportage en tête de cet article, l’a déjà inscrit sur ses produits. "On a créé l’éco-score, qui est un indicateur environnemental et qui permet à n’importe quel consommateur de comprendre en un clin d’œil l’impact environnemental d’un produit. Par exemple, certains chocolats sont noté C car le cacao est un ingrédient qui pollue énormément à cause de la déforestation et de la production de carbone qu’il engendre", explique-t-il. Cet indicateur n’a pourtant été ni conçu ni certifié par le gouvernement. "Le nutri-score a mis dix ans pour être mis en place à cause des lobbies qui ont tout fait pour contrecarrer l’avancée de celui-ci. On constate ce même travail des lobbies aujourd’hui et donc on pense qu’il y a urgence, on n’a pas dix ans à attendre et donc on a voulu sortir cet éco-score avant les conclusions du gouvernement", poursuit-il.

Lire aussi

Pour Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à l'UFC que choisir, ces initiatives se multiplieront tant que l’état ne rendra pas ses propres labels obligatoires. "Ces modalités de notation, si elles n’ont pas été validées scientifiquement, s’il n’y a pas de validation officielle, le consommateur risque d’avoir une appréciation qui risque de l’induire en erreur par rapport aux qualités du produit", témoigne-t-il.  Il ajoute que les indices alimentaires devraient suivre le modèle des étiquettes énergie sur nos appareils ménagers, qui elles, ont fait leurs preuves. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Plus de 5.950 Français en réanimation, 324 décès en 24h

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Castex annonce la suspension de tous les vols entre le Brésil et la France "jusqu'à nouvel ordre"

Variant brésilien : comment éviter sa propagation en France ?

Lire et commenter