Pâtes à tartiner : un marché très convoité

Pâtes à tartiner : un marché très convoité

Si le marché des pâtes à tartiner est dominé par une célèbre marque italienne depuis 75 ans, plusieurs entreprises ont décidé de tenter leur chance. Chaque seconde, 3 kg de pâtes à tartiner sont engloutis en France, 300 000 pots chaque jour.

C'est une gourmandise qui réveille toujours chez nous une grande culpabilité. Si le marché des pâtes à tartiner attire tant les convoitises, c'est que les ventes augmentent en permanence. Plus 8% encore l'an dernier avec des marques toujours plus nombreuses. Plus de noisettes, sans huile de palme, bio ou encore végan, que valent ces nouvelles recettes qui se veulent plus saines ? Peuvent-elles vraiment détrôner le leader du marché

Toute l'info sur

Le WE

En Haute-Savoie, Camille Azoulai, fondatrice de Funky Veggie, s'est lancée depuis un an et demi dans la bataille des pâtes à tartiner. On en produit 10 000 pots par jour, avec une recette radicalement différente. Il y a certes du cacao, du sucre, de l'eau et des noisettes, mais plus surprenant des haricots rouges. "On a choisi le haricot rouge parce qu'il permet d'avoir une texture lisse et onctueuse sans ajout d'huile du tout. C'est beaucoup moins calorique que l'huile et en plus c'est riche en protéines végétal. Donc, c'est super intéressant d'un point de vue santé", explique Camille Azoulai. Les ingrédients sont aussi bio et ça marche. Les ventes progressent de 20% chaque mois. Le pot est pourtant vendu 4 euros, deux fois plus chers que le leader du marché. "Le fait que c'est Made in France, le fait que c'est bio. Aujourd'hui, les consommateurs sont prêts à payer un tout petit peu plus cher pour une qualité de cet ordre-là", poursuit-elle.

Mais ces nouvelles recettes plus saines sont-elles vraiment à la hauteur au niveau du goût ? Pas vraiment, à en croire cette association. Elle a fait déguster 14 pâtes à tartiner différentes à un panel de consommateurs et les résultats sont étonnants. Ces marques grignotent néanmoins petit à petit des parts de marché au détriment du leader du secteur. Il est passé de 85 à 70% de parts de marché en seulement 7 ans. Alors pour limiter la casse, ce dernier se diversifie dans le biscuit ou plus récemment dans la pâtisserie avec ses muffins.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Lire et commenter