Pouvoir d'achat : ce qui coûte déjà plus cher, et ce qui va bientôt augmenter

Pouvoir d'achat : ce qui coûte déjà plus cher, et ce qui va bientôt augmenter

VALSE DES PRIX - Ce jeudi matin, l'Insee a confirmé l'impression que tout augmente par des chiffres. Qu'est-ce qui coûte déjà plus cher et pourquoi le phénomène risque-t-il de s'aggraver ? Le journaliste de TF1 Cyril Adriaens-Allemand fait un état des lieux.

La reprise économique s'accompagne d'un cortège de difficultés plus ou moins ressenties selon les secteurs. L'explosion de la demande à l'échelle mondiale a créé des pénuries qui génèrent un effet domino : la rareté fait monter les cours des énergies et des matières premières, qui entraînent une hausse des prix généralisée. 

Ce schéma, largement anticipé, semblait encore théorique. Les chiffres publiés ce jeudi matin par l'Insee démontrent que ses effets sont déjà tangibles sur le pouvoir d'achat des Français : selon les estimations provisoires de l'institut, les prix à la consommation en France ont augmenté de 2,1% sur un an au mois de septembre, après 1,9% en août.

Toute l'info sur

La flambée des prix de l'énergie

Ce qui a déjà augmenté

"Sans surprise, les postes qui augmentent le plus sont ceux de l'énergie : l'essence, l'électricité et le gaz", explique le journaliste de TF1 Cyril Adriaens-Allemand dans la vidéo en tête de cet article.  Le gazole et le sans plomb ont déjà augmenté respectivement de 12 et 15%. Le gaz poursuit sa hausse en flèche, montant de 57% pour le tarif réglementé depuis le début de l'année. 

Le prix de l'alimentation a également connu une hausse marquée avec notamment +4,6% pour les produits frais. Pour notre journaliste spécialisé, "on revient sur des tarifs d'avant-crise".  Les chiffres de l'Insee confirment bien ce qui n'était qu'une impression. 

La hausse va se poursuivre

Malheureusement, la hausse va se poursuivre pour le carburant et le chauffage, vraisemblablement (au moins) jusqu'au printemps selon les spécialistes. Dès le 1er octobre, le gaz va augmenter à nouveau de 12,6% pour le tarif réglementé, et ce sera encore plus marqué en novembre. Côté électricité, la ministre de la Transition écologique a affirmé que le prix va bondir de 12% en février. 

Effet domino : pénurie, matières premières et hausse des prix

La reprise économique génère des pénuries qui font flamber les cours de nombreuses matières premières. Celui du coton a par exemple bondi de 50%, ce qui aura mécaniquement des répercussions importantes sur le prix des vêtements, des mouchoirs ou encore du papier-toilette. D'autres produits pourraient connaître le même scénario et pour les mêmes raisons : le pain et le café devraient ainsi augmenter bientôt. L'électro-ménager est également attendu à la hausse, à cause de la flambée des coûts de transport. 

Lire aussi

"J'annonce de mauvaises nouvelles", s'excuse Cyril Adriaens-Allemand, qui esquisse aussi quelques pistes pour atténuer l'impact sur le porte-monnaie des Français : ajustement des taxes sur l'énergie, comme le fait déjà l'Espagne, ou augmentation des aides. Six millions de foyers vont recevoir un chèque-énergie de 100 euros, un geste qui pourrait s'élargir à d'autres bénéficiaires. Au moment où les Français s'apprêtent à allumer le chauffage, l'hiver s'annonce déjà rude pour beaucoup d'entre eux. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

Femme de ménage, j’ai plusieurs employeurs, lequel va me verser la prime de 100 euros ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.