Sarthe : le marché de l'immobilier en plein essor

Sarthe : le marché de l'immobilier en plein essor

IMMOBILIER - Dans la Sarthe, les propriétés en vente depuis de longs mois ont enfin trouvé preneurs et les transactions immobilières s’envolent. Depuis la fin du confinement, le marché explose, le cadre de vie rural attirant de plus en plus.

Dans une seule et même rue de Fresnay-sur-Sarthe, petite commune de 3100 habitants à seulement deux heures de la capitale, 17 biens ont été vendus en trois mois. "Ça, c'est vendu, celle-ci aussi, celle-là à des Parisiens", montre Pascale Leduc, agente immobilière à Fresnay, dans le reportage de TF1 en tête de cet article. "Et j’ai des appels tous les jours", ajoute-t-elle. Conséquence, il n’y a presque plus une seule maison à vendre. 

Toute l'info sur

Le 20h

À Fresnay-sur-Sarthe, les ventes de maison ont doublé depuis le confinement avec parfois des achats très rapides, à l'instar de Victoria Duchêne, qui a acquis son bien sans même le visiter. "Il fallait être très rapide. La maison est restée deux heures sur le bon coin, ça a été un grand coup de cœur", affirme-t-elle. Comme elle, ils ont été nombreux à avoir eu des envies de campagne où le confinement passe mieux et où le mètre carré est moins cher : 1000 euros/m², soit dix fois moins cher qu’à Paris. Avec cette "pénurie" de biens, les prix augmentent. "Malheureusement, on est un peu à court de biens contrairement à il y a deux ans où on avait beaucoup de biens à vendre. C’est l’inverse et d’ailleurs, les prix commencent à regrimper", explique Pascale Leduc. 

Un nouveau mode de vie

Autre phénomène, le boom des résidences dites semi-principales, celles où l’on passe deux à trois jours par semaine. "Là, on est dans le bourg neuf et la plupart des maisons sont vraiment ouvertes à partir du jeudi", indique Fabienne Labrette-Ménager, maire de la commune. Si le profil des acheteurs a changé, leurs besoins aussi. "Alors il y a quelques années, les questions principales, c'était 'est-ce qu’il y a un médecin ?', 'est-ce qu’il y a une école ?'. Ça ce ne sont plus du tout les questions qui se posent, c’est plutôt est-ce qu’il y a la fibre ? Le premier critère d’installation, c’est : 'est-ce que l’on va pouvoir travailler et vivre dans une belle maison ?'", poursuit-elle. Ce dynamisme touche toute la commune, sept commerçants vont venir s’ajouter aux près de 80, déjà installés. 

Lire aussi

Les nouveaux propriétaires sont donc surtout des télétravailleurs. Dans une commune voisine de Fresnay, Caroline Leduc, ex-parisienne, vient de s’offrir une maison pour 318.000 euros. Agent artistique, elle ne regrette pas son nouveau bureau. "On a la chance d’avoir un 200 m² pour le prix d’un 24 m² à Paris, un grand jardin… On ne retournera jamais à Paris", déclare-t-elle. Le confinement aura changé les mentalités, mais aussi donné envie d’un nouveau mode de vie. Depuis le début de la crise, 1,6 million d’habitants de grandes villes ont déménagé pour se mettre au vert. La voisine de la Sarthe, la Mayenne, commence à connaître le même phénomène. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : fin de l'alerte dans les 9 derniers départements concernés

EN DIRECT - Régionales en Paca : "Je n'ai pas le droit de jouer avec le feu", explique Félizia

Régionales : Marine Le Pen dénonce un "désastre civique" et appelle ses électeurs à "déconfiner leurs idées"

EN DIRECT - JO de Tokyo : 10.000 spectateurs maximum autorisés sur les sites de compétition

Cris de singe, chants et banderole homophobes : la face sombre de la Puskas Arena

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.