Soins corporels : que trouve-t-on dans nos déodorants ?

Soins corporels : que trouve-t-on dans nos déodorants ?

ENQUÊTE - Les déodorants naturels ont la cote, mais sont-ils vraiment efficaces ? Pour le savoir, une équipe de TF1 a mené l'enquête.

"Antistress", "Efficacité 96 heures", "Sans alcool", "Bio". En stick, en bille, en spray, en crème. Déodorant ou antitranspirant. Pas toujours simple de s’y retrouver parmi la kyrielle de produits disponibles dans les rayons des supermarchés ou des officines. D'autant que nous ne sommes pas tous égaux face à la transpiration. "J'ai tout essayé", confie un client, mettant en cause leur efficacité. Pour d'autres, au-delà de leur pouvoir désodorisant, c'est avant tout l'aspect santé qui prime. "C’est souvent difficile de trouver un déodorant qui soit à la fois efficace et propre pour la santé entre guillemets", constate une consommatrice devant une caméra de TF1. 

Peu de gens le savent, mais un déodorant, à la différence d'un anti-transpirant, agit uniquement sur les odeurs corporelles, explique Laurent Dormont, biologiste et chercheur CNRS au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutionnelle (Cefe) à Montpellier. "La transpiration est totalement inodore contrairement à ce que pensent les gens. C ’est la présence de bactéries qui transforment les molécules présentes dans la sueur et les rend très odorantes", démystifie le scientifique. Alors pour éviter de transpirer, pas d'autre choix que d'utiliser un antitranspirant. "Il utilise des sels d’aluminium qui vont agir sur les glandes qui produisent la sueur en bouchant les pores, dans le but d'empêcher la sueur de sortir à la surface de la peau", explique ce scientifique.

Toute l'info sur

Le 20h

Présence de perturbateurs endocriniens

Pourtant, l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses) recommande de restreindre la concentration d’aluminium à 0,6%, car il est soupçonné d’augmenter le risque de cancer. Une conclusion loin de faire consensus parmi la communauté scientifique, comme le rappelle le Pr Annick Barbaud, dermatologue et vénérologue à l’hôpital Tenon (AP-HP) à Paris. "Lorsqu’on trouve dans une tumeur cancéreuse, une molécule, un parabène, de l’aluminium, cela ne permet pas de dire que celle-ci est en cause dans le développement du cancer", avance cette spécialiste.

Lire aussi

Du côté des fabricants, on s'adapte à la demande des consommateurs, en privilégiant autant que possible les produits naturels. "Nos produits ne contiennent pas de perturbateurs endocriniens, comme les sels d’aluminium ou le triclosan", explique Julien Ribault, directeur marketing cosmétique et soin de la maison chez So’bio étic/Léa Nature. À la place, ce fabricant utilise des probiotiques qui s’attaquent directement aux bactéries responsables des mauvaises odeurs. Un déodorant plus naturel qui, à en croire son concepteur, s’avère tout aussi efficace.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - Les premiers enseignants "sans doute vaccinés dès la semaine prochaine"

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

Funérailles du prince Philip : avec ou sans Meghan et Harry ?

Lire et commenter