Faut-il bannir le cordon bleu des cantines ?

Faut-il bannir le cordon bleu des cantines ?

ALIMENTATION - Le maire de Lyon a annoncé vouloir interdire les cordons bleus des menus des cantines scolaires. Un choix qui fait réagir, mais qui pourrait protéger l'environnement comme la santé des enfants.

C'est un produit qui ravit tout le monde, des enfants jusqu'au président. Pourtant, le cordon bleu, en théorie fabriqué avec une escalope, du fromage, du jambon, de la chapelure et un œuf, est devenu le "produit ultra-transformé" par excellence. Au point que certaines municipalités le bannissent de leurs cantines scolaires. 

C'est ainsi ce qu'a annoncé Gautier Chapuis, conseiller délégué à l’Alimentation locale et à la Sécurité alimentaire, nommé par le maire écologiste Grégory Doucet, en marge du conseil municipal de la ville de Lyon, jeudi, ne manquant pas de faire réagir. 

Toute l'info sur

Le 20h

Il n'y a plus les nutriments qui sont essentiels pour la croissance des enfants- Delphine Negreanu, diététicienne-nutritionniste

"On a deux choix, ou rester sur un fonctionnement avec des produits ultra-transformés, tels que le cordon bleu, ou bien aller vers des produits plus bruts, plus sains, de qualité, locaux également, qui sont bons à la santé pour nos enfants, et c'est ce choix-là que nous avons fait à la mairie de Lyon", justifie-t-il. Si le cordon bleu est donc un symbole, c'est bien vers une alimentation plus saine en direction de laquelle les cantines scolaires de Lyon devront se tourner. 

En effet, le cordon bleu des cantines et des grandes distributions, comme d'autres produits industriels, contient des dizaines d'additifs, des colorants et des conservateurs. "Là, on a un cordon bleu fait avec un blanc de poulet reconstitué qui ne contient que 37% de poulet, et tout le reste est fait à partir de la dextrose ou de la matière", explique un volailler à propos du cordon bleu industriel. 

Au point que toute qualité nutritive est perdue. "Ce sont des aliments tellement transformés, des produits qui ont été raffinés, frits... il n'y a plus les nutriments qui sont essentiels pour la croissance des enfants", souligne la nutritionniste Delphine Negreanu. 

Un choix bon pour la santé et pour l'environnement

Pour elle, se tourner vers une alimentation composée de produits bio, locaux et de qualité est un moyen de protéger la santé des enfants comme celle de l'environnement. "Il faut se rappeler qu'en consommant des aliments locaux, on a moins de transports, c'est plus écologique. Mais les aliments perdent aussi moins de minéraux pendant le trajet, contrairement à des produits qui viennent de loin", donne-t-elle en exemple. 

Une manière également de garantir aux enfants un des seuls repas équilibrés de leur journée et de lutter contre l'obésité. "Bien sûr que l'exemple doit venir des parents, mais c'est aussi à l'école que les enfants peuvent apprendre à aimer les légumes. Il faut les initier à l'équilibre alimentaire dès le plus jeune âge, et à l'école, au milieu des copains, c'est plus facile", assure Delphine Negreanu. 

Au point que la municipalité de Lyon n'est pas la première à se tourner vers des menus composés de produits moins transformés. Dès 2019, la mairie de Courbevoie avait banni les cordons bleus de ses cantines. "On a le rôle de lutter contre l'obésité infantile. Pour cela, on se doit de composer un menu équilibré à tous les enfants déjeunant à la restauration scolaire", assure le responsable dans la ville, Lassana Sissoko. 

Lire aussi

Fin juin, la Ligue contre l'obésité a publié une enquête qui montre qu'un Français sur 2 est en surpoids. Si celle-ci a constaté une augmentation générale de l'obésité en France, c'est néanmoins auprès des plus jeunes que la part de personnes en situation d’obésité a le plus progressé depuis 2012. Elle augmente ainsi de 3,6 points chez les 18-24 ans. Contrôler les menus en cantine scolaire semblent donc essentiel, alors que 54% des collégiens fréquentent la restauration scolaire. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.