Vélo électrique : la tendance du rétrofit

Vélo électrique : la tendance du rétrofit

Désormais, vous pouvez transformer votre vieux vélo en vélo électrique. Il existe une solution facile et bon marché pour doper votre bicyclette à l'électricité. C’est ce que l’on appelle le rétrofit.

Ce vélo a 15 ans. Youssef va le rendre électrique. Il commence par changer la roue arrière pour la remplacer par une autre, avec un moteur intégré au centre. Puis, il installe sur le cadre le socle qui va accueillir la batterie. “Ensuite, il y a tout le câblage à installer, les finitions et puis le petit écran au niveau du guidon pour rendre le tout fonctionnel”. En tout, cela va lui prendre 1h45 de travail.

Toute l'info sur

Le 20h

Ce Lyonnais a payé 1 000 euros la transformation. C'est deux fois moins cher qu'un vélo électrique neuf avec la même motorisation. “C'est impressionnant, ce n'est plus le même vélo, c'est sûr. Je vais voir comment ça marche en côte, mais je crois que c'est super aussi. C'est top parce que c'est un vélo que j'aimais beaucoup, donc voilà, je vais pouvoir continuer à en faire”. Il compte désormais pédaler pour aller au travail, plutôt que de prendre sa voiture.

En ce moment, cette PME convertie 50 vélos par semaine, soit trois fois plus que l'année dernière. Une croissance portée notamment par les aides à la conversion mises en place par certaines communes comme ici à Lyon. Jean-Philippe et sa femme ont ainsi profité d'un très gros rabais pour leurs deux vélos. “Nos vélos qui nous auraient coûté 1 000 euros, nous reviennent à 500 euros”. Sur Internet, nous avons trouvé encore moins cher avec ces kits à installer soi-même. Mais les professionnelles nous mettent en garde. Certains de ces produits ne sont pas homologués en France.

Pour être dans les clous et donc être couvert par votre assurance, “il y a trois règles à respecter : la première, c’est que le moteur doit être normé en puissance à 250 watts maximum. La deuxième, c’est que l'assistance se coupe au-delà de 25 km/h. Donc, on peut aller plus vite, mais qu’avec son pédalage. Et la troisième chose, c’est que l’assistance ne se lance qu’au pédalage. On ne peut pas avoir de gâchette accélérateur au guidon et accélérer sans pédaler”, explique Antoine.

Il y a les règles, les prix, puis, il y a les sentiments. Pour Michel et Estelle, hors de question d'abandonner leur tandem, fidèle compagnon de route depuis 20 ans. Alors depuis trois ans, leur tandem est électrique. “On prend du plaisir à nouveau à faire une petite centaine de kilomètres, parfois, dans la montagne”. Preuve que cette solution n'est pas réservée aux citadins et aux déplacements domicile-travail, les retraités sportifs comme eux pourraient bien pousser cette pratique un peu plus vers les sommets.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le Covid-19 pourrait altérer la matière grise du cerveau même chez les cas bénins

Covid-19 : les tests deviendront payants le 15 octobre seulement pour les non-vaccinés, annonce Jean Castex

Taux d'incidence du Covid-19 : où en est l'épidémie en France ?

Ségolène Royal échoue à se faire élire au Sénat

Les filles de Barbès

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.