Charlie Winston : "A voir ces montagnes de plastique, il fallait agir"

Charlie Winston : "A voir ces montagnes de plastique, il fallait agir"

DirectLCI
INTERVIEW - Pendant la COP21 au Bourget, Metronews interroge des personnalités artistiques ou sportives sur leurs gestes et engagements pour la planète. Petits ou grands. Pour le chanteur britannique Charlie Winston, la prise de conscience a commencé par le plastique.

Presque un an après la sortie de son album Curio City, Charlie Winston reprendra le chemin de la scène pour quelques dates en janvier. En attendant, il s'est rendu au sommet de la COP21 pour une conférence, a rencontré des blogueurs venus du monde entier pour rendre compte de l'événement. Et a répondu à nos questions.

D'où vient cette prise de conscience sur les sujets environnementaux ?
C'est venu il y a plus de dix ans, quand j'ai vu que chez moi il y avait du plastique partout, des sacs en plastique notamment. C'était absolument fou. Je me suis dis que ça ne pouvait pas continuer.

Dans votre vie quotidienne, quels sont vos gestes pour la planète ?
Je marche, je fais du vélo au lieu d'utiliser la voiture. Et je prête ma notoriété à quantité d'associations, notamment Avaaz pour sauver les abeilles ou encore à The Place2be actuellement à Paris. Mais aussi en faveur des migrants car il faut aussi avoir conscience de l'impact du réchauffement climatique sur les migrants et les déplacements de populations. [Son clip "Say something" est consacré au sujet et les bénéfices du single seront reversés à la Croix Rouge, NDLR]

Le dernier geste en date ?
Ce matin, j'ai marché 20 minutes pour aller à mon premier rendez-vous. Je pense que ce qui est important, c'est de ne plus penser à tous ces gestes. Toutes ces actions simples au quotidien doivent devenir naturelles, faire partie de notre style de vie. Sinon, depuis six mois je mange le moins de viande possible, en raison des émissions de CO2. J'ai pris cette décision après avoir vu le documentaire "Cow Conspiracy".

A LIRE AUSSI >> Charlie Winston : "J'aime l'idée de déboussoler mon public"

L'action dont vous êtes le plus fier dans ce sens ?
Je suis allé à un concert en Tunisie en août dernier, au festival de Carthage. On m'a proposé de l'annuler pour des questions de sécurité mais je tenais à m'y rendre, pour les gens. En arrivant, je suis allé sur les plages et j'ai été horrifié par les quantités de plastique. J'ai dit au public qu'ils habitaient dans un pays magnifique, mais qu'il fallait agir, il faut qu'il y ait une prise de conscience pour ne plus jeter de cette façon. 

Ce que vous aimeriez changer ?
Peut-être arrêter d'utiliser les machines à café avec ces gobelets en plastique, mais ça n'est pas toujours facile en tournée…

A LIRE AUSSI
>> Notre dossier sur la COP21
>> La minute COP21 : où sont les sandwiches végétariens ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter