COP21 : Bill Gates et les géants du Net au secours de la planète ?

COP21 : Bill Gates et les géants du Net au secours de la planète ?

COP 21
DirectLCI
INVESTISSEMENT - A l’occasion de l’ouverture à Paris de la grande conférence pour le climat, Bill Gates le cofondateur de Microsoft a annoncé lundi une « Mission Innovation », pour favoriser la recherche et développement et les entreprises dans le secteur des énergies propres.

Les géants du net au secours de la planète ? A l’occasion de l’ouverture à Paris de la grande conférence pour le climat, Bill Gates le cofondateur de Microsoft a annoncé lundi une "Mission Innovation", pour favoriser la recherche et développement et les entreprises dans le secteur des énergies propres.

L’ex-PDG de Microsoft a créé un fonds d’investissement privé, la Breakthrough Energy Coalition, un groupe indépendant de 28 investisseurs privés qui coopérera avec des pays partenaires et aura pour but de financer les entreprises qui commercialisent les solutions du secteur des énergies propres. Il servira de passerelle entre les nouvelles entreprises du secteur des énergies vertes, la recherche et le marché de l'énergie. Parmi les investisseurs, on trouve notamment Mark Zuckerberg, le cofondateur de Facebook et sa femme, Priscilla Chan, Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, Reid Hoffman, cofondateur de Linkedin, ou encore Xavier Niel, fondateur de Free.

La technologie pour "résoudre les problèmes"

"La technologie aidera à résoudre nos problèmes énergétiques", indique le communiqué . "L'urgence posée par le changement climatique et les besoins énergétiques des régions les plus pauvres du monde exigent un programme mondial dynamique en faveur de l'innovation énergétique à émissions nulles". Pour Bill Gates, ce "nouveau modèle prendra la forme d'un partenariat public-privé entre les gouvernements, les institutions de recherche et les investisseurs" : "Le système actuel est incapable de mobiliser des investissements suffisants dans les solutions énergétiques qui changent la donne pour l'avenir. Nous ne pouvons pas attendre."

Il s'agit, explique la Maison Blanche, d'éviter le phénomène de la "vallée de la mort", "lorsqu'il n'y a pas assez de fonds pour développer des idées". "Aider les nations en développement à sauter la phase de développement polluante est vital", a souligné lundi lors de la conférence de presse au Bourget le président américain Barack Obama. Selon lui, "ce bond en avant va demander des efforts au secteur privé. C'est pourquoi nous annonçons aujourd'hui" cette initiative, a-t-il ajouté.
Le Premier Ministre indien Narendra Modi, a salué une initiative qui "va combiner la responsabilité des gouvernements et la capacité d'innovation du secteur privé".

"Les pays qui s'associent à cette initiative doivent prendre un engagement de doubler leur budget de recherche et développement dans les énergies propres d'ici à 2020. La France prendra donc cette décision", a précisé le président français François Hollande. "Nous devons aller vite et faire en sorte que nous passions du prototype, à la production et à la diffusion la plus large de manière aussi à baisser les coûts", a-t-il continué. Les pays participants sont l'Australie, le Brésil, le Canada, le Chili, la Chine, le Danemark, la France, l'Allemagne, l'Inde, l'Indonésie, l'Italie, le Japon, la Corée du Sud, le Mexique, la Norvège, l'Arabie saoudite, la Suède, les Emirats arabes unis, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

A LIRE AUSSI >> Après les tractations de la COP21, Obama et Hollande en goguette dans le Marais

EN SAVOIR + >> Notre dossier sur la COP21

Lire et commenter