Rétablissement des contrôles aux frontières pour la Cop 21 : comment ça se passe concrètement ?

Rétablissement des contrôles aux frontières pour la Cop 21 : comment ça se passe concrètement ?

DirectLCI
SCHENGEN – La France a officiellement rétabli, vendredi, pour un mois, les contrôles à ses frontières nationales. Une mesure rare justifiée, pour les autorités, par l'organisation de la conférence mondiale sur le climat (Cop 21). Effectifs policiers, surveillance des routes, contrôles… Ça ressemble à quoi ?

Certains y voient l'alpha et l'oméga de la sécurité intérieure. D'autres, une simple mesure préventive. D'autres enfin, une menace pour la liberté d'aller et venir des citoyens européens. Depuis vendredi et pour une durée d'un mois, la France a rétabli les contrôles à ses frontières nationales. Une mesure exceptionnelle, prise par dérogation aux accords de Schengen qui imposent la libre circulation en Europe. Les autorités françaises la justifient par l'organisation de la conférence mondiale sur le climat (Cop 21), qui verra des dizaines de chefs d'Etat et quelques dizaines de milliers de participants converger vers Paris en plein contexte terroriste. Elles avaient déjà appliqué ces mesures lors du sommet de l'Otan à Strasbourg en 2009 et du G20 à Cannes en 2011. Voici comment la France va surveiller ses frontières jusqu'au 13 décembre.

 Combien de policiers aux frontières ?
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué jeudi que 30.000 policiers au total étaient mobilisés aux frontières de la France. Ils devront assurer les contrôles à 285 "points de passage", c’est-à-dire sur des routes et voies fluviales, dans les aéroports et dans les trains.

Vont-ils contrôler tout le monde ?
Non. Selon les éléments communiqués par le ministre de l'Intérieur, il n'est pas question de contrôle systématique comme cela était le cas avant la mise en œuvre des accords de Schengen, au début des années 1990. Les contrôles effectués seront "mobiles et aléatoires", notamment durant cette première semaine. Au plus fort de la Cop 21, du 25 au 29 novembre puis du 8 au 12 décembre, des "points chauds" ont toutefois été identifiés -sans plus de précisions-, au cours desquels ces contrôles seront intensifiés. Il ne faut pas s'attendre pour autant à l'installation de barrières aux frontières. L'objectif, selon Bernard Cazeneuve, est de "prévenir l'intrusion sur le territoire national d'individus qui pourraient représenter un risque".

 A quoi ressemblent les contrôles ?
D'après les premiers constats à la frontière franco-italienne, vendredi matin, des renforts de CRS pratiquaient le contrôle aléatoire des véhicules des voyageurs en provenance du pays voisins. Les policiers fouillaient intégralement certaines camionnettes, selon un journaliste de l'AFP présent sur place. Le témoignage rapporté d'un autre CRS, à la gare de Menton-Garavan, rapporte que la police effectuait "de dix à trente réadmissions vers l'Italie" dans la journée. Des personnes refoulées en l'absence de papiers d'identité. A Vintimille, vers 10h50, un train est resté bloqué en gare durant le contrôle de l'intégralité des passagers.

EN SAVOIR +
>> Pour la COP21, Cazeneuve referme les frontières nationales

>> Ces menaces qui poussent la France à contrôler ses frontières

Lire et commenter