A la rencontre des Brésiliens qui n'aiment pas le foot

A la rencontre des Brésiliens qui n'aiment pas le foot

MONDIAL 2014 - Contrairement à l'idée reçue, tous les Brésiliens n'ont pas le football dans la sang. La preuve, un de nos reporters est allé à la rencontre de ceux qui n'aiment pas la Coupe du monde.

Mardi dernier, la station de métro principale de Brasilia est bondée. Partout, des passagers qui cherchent à rentrer le plus vite possible à la maison pour pouvoir regarder le match du jour entre le Brésil et le Mexique. Quitter le travail plus tôt pour ne pas rater la Seleçao est presque obligatoire dans un pays où 70 % des fonctionnaires ont eu l'autorisation de ne travailler qu'à mi-temps les jours de match du Brésil. Une heure avant le coup d'envoi, les rues deviennent désertes et seuls quelques touristes, visiblement perdus, errent.

Le temps d'indiquer le chemin de la Fan Zone à des supporters colombiens et italiens puis direction un parc tranquille de la ville, à l'écart de toute agitation. Mais surprise, l'endroit est loin d'être vide. Il semblerait même que c'est en ce lieu que se réunissent ceux qui n'aiment pas le football. Oui, oui, ça existe ! C'est donc ici qu'Alessandre Resende vient chercher un peu de répit pendant le Mondial. "Je profite de ces moments où tout le monde est devant la télé pour venir ici, explique cet homme d'affaires de 41 ans. Je n'aime pas trop le foot alors en ce moment, ce n'est pas évident."

"A chaque match, mon chiffre d'affaires baisse"

Même constat pour Pedro Antonio, vendeur de barbe à papa et dont l'activité baisse les jours de match. "Je viens travailler pour gagner ma vie, mais personne n'est là, peste-t-il. Chaque rencontre de la Seleçao signifie que mon chiffre d'affaires va chuter. Je pense que la prochaine fois, je vais suivre les supporters et vendre là où ils se rassemblent. Je ne serai pas ici quand le Brésil va rejouer, c'est sûr."

Le match face au Mexique est désormais en cours et la Monumental Axis, l'une des principales avenues de la ville, est elle aussi quasiment déserte. Au loin, une cycliste solitaire. Elle s'appelle Angela Goncaves et se passe très bien de regarder son équipe nationale jouer.
"Je n'ai aucune raison de les suivre car je ne suis vraiment pas une passionnée, confie cette professeur de sport (46 ans). Je ne suis pas fan de football et pour moi, tous ces soupçons de corruption autour des travaux pour la Coupe du monde ont fini de me dégoûter."

Certains boycottent carrément le Mondial

Cette controverse et toute la tension sociale autour du tournoi expliquent aussi pourquoi un groupe de plusieurs étudiants a carrément décidé de boycotter le Mondial cette année. "J'ai bien aimé le but contre son camp de Marcelo (lors du premier match face à la Croatie gagné 3-1 par la Seleçao), plaisante Paula Jezuino qui a 24 ans. C'est un peu comme s'il était un agent infiltré au sein de l'équipe du Brésil !"

La rencontre face aux Mexicains doit maintenant être presque terminée mais pourtant,
pas un bruit, pas d'éclats de joie dans les maisons ou les zones de supporters. Brasilia est restée étrangement calme et vide, comme une scène d'un film apocalyptique. C'est normal, car les coéquipiers de Neymar ont concédé le match nul (0-0) mais le Brésil ne s'inquiète pas. Ce n'est pas la fin du monde, du moins pas encore.

>> Suivez ici l'actualité des Bleus et de la Coupe du monde

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

En plein conflit sur les licences de pêche post-Brexit, deux navires britanniques verbalisés en baie de Seine

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

Dans le Gard, le geste héroïque d'un élève de 9 ans pour sauver son camarade de l'étouffement

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.