Après des appels à brûler le maillot de Messi, le match Israël-Argentine annulé

LCI

à lire et à regarder sur

PRESSIONS – Des Palestiniens et des militants avaient exhorté les joueurs argentins à refuser de disputer le match amical prévu contre Israël ce samedi afin de ne pas se rendre, selon eux, complices des "crimes de l'occupation". Et alors que la tension montait crescendo, la rencontre a finalement été annulée.

Deux maillots argentins teintés de rouge sang trônent au milieu des drapeaux palestiniens. Aux abords d'un terrain d'entrainement de Barcelone -où la sélection argentine répète ses gammes avant la Coupe du monde-, des militants pro-palestiniens manifestent avec vigueur à proximité des joueurs. Lesquels sont énumérés par un mégaphone qui les supplie de ne pas jouer samedi contre Israël à Jérusalem. La goutte de trop pour l’équipe de Jorge Sampaoli. 


Car, selon plusieurs médias argentins tels que Clarin et Olé, la rencontre amicale a été tout bonnement annulée. "D'après ce que je sais, les joueurs de la sélection ne souhaiteraient pas jouer le match", a indiqué le ministre argentin des Affaires étrangères Jorge Faurie, relayé par l’AFP. Selon lui, "la campagne qui est devenue virale dans les médias, de menaces aux joueurs, de maillots avec du sang, des menaces à des proches" a forcé la décision. 

Le statut de Jérusalem au cœur de la polémique

Pour mémoire, la mèche avait été allumée dimanche par Jibril Rajoub, président de la Fédération palestinienne de football : "Messi est un symbole de paix et d'amour, nous lui demandons de ne pas participer au blanchiment des crimes de l'occupation". Une déclaration qui survenait dans un contexte marqué par les récentes violences à Gaza et par le déménagement controversé de l’ambassade américaine à Jérusalem. 


Véritable point d’achoppement dans le processus de paix israélo-palestinien, la Ville sainte a été érigée en capitale par Israël au terme de la Guerre des Six Jours (1967). Un statut contesté depuis par les Palestiniens - qui souhaitent également en faire leur capitale. Mais aussi par l’ONU. Selon l’organisation intergouvernementale, la réunification de Jérusalem au profit d’Israël s’apparente à une violation du droit international. De ce fait, de nombreuses ambassades - dont celle de la France - se trouvent à Tel Aviv.   

En vidéo

L'ambassade des USA transférée : ce qu'en pensent les Israeliens et les Palestiniens de Jérusalem

"D'une rencontre sportive, ce match est devenu un outil politique, le gouvernement israélien tentant de lui conférer une portée politique en insistant pour qu'il se déroule à Jérusalem", avait en outre ajouté M. Rajoub avant d’appeler à brûler le maillot de Messi en cas de maintien de la rencontre. De vives pressions politiques qui ont placé les joueurs argentins dans une situation très inconfortable. Si bien que décision a donc été prise d’annuler le match. Lequel aurait dû permettre à l’Albiceleste de peaufiner sa préparation en vue de la Coupe du monde. 


Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman s'est désolé de cette annulation. "Il est dommage que l'élite du football argentin n'ait pas su résister aux pressions de ceux qui prêchent la haine d'Israël et dont le seul objectif est de violer notre droit fondamental à nous défendre et de détruire Israël", a-t-il déploré mercredi matin. Par la suite, la Fédération israélienne a annoncé le dépôt d'une plainte contre la Fédération palestinienne auprès de la Fifa, parlant de "terrorisme footballistique".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter