"Aucune raison" que Ribéry ne soit pas au Brésil ?

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

EQUIPE DE FRANCE - Franck Ribéry est revenu au centre des discussions jeudi lors de la conférence de presse du doc de l'équipe de France. Et selon ce dernier, le forfait du meilleur joueur français aurait pu être évité… s'il n'avait pas la phobie des piqures.

“Pour moi, il n’y avait aucune raison que [Franck Ribéry] ne fasse pas le Mondial". Face à la presse jeudi, le médecin de l’équipe de France, Franck Le Gall, a mis un tacle au staff médical du Bayern Munich. D'abord il a hésité, puis il s'est lancé après avoir laissé passer dix secondes de blanc. 

“Franck appartient à un club où le mode de traitement de toutes pathologies, quelles qu’elles soient, se fait à base de piqures, a-t-il indiqué. Il peut y en avoir dix, vingt, vingt-cinq, quarante par pathologie, par année". De quoi refroidir le plus téméraire des bélonéphobes. "On aurait pu choisir cette option, ce qu’on n’a pas fait. A un moment, il n’en pouvait plus des piqûres, donc on ne l’a pas fait parce qu’il a peur des piqures." 

Les infiltrations ? Impensable

Car le staff avait évidemment envisagé de faire jouer le Munichois sous infiltration, mais "on a dû vite abandonner", continue Le Gall qui rappelle que Ribéry s’était déjà fait opérer en février d’une ecchymose à la fesse "à la suite d’une mauvaise réaction à une piqûre du médecin du Bayern".  

Et le toubib des Bleus d'en remettre une couche : “Il a une lombalgie qu’il traîne depuis plusieurs semaines. Il a été arrêté globalement trois semaines puis il a joué un match qu’il ne devait pas jouer où il est entré en jeu avant de sortir (finale de la Coupe d’Allemagne, le 17 mai, ndlr)." Le match de trop pour Ribéry, celui qui lui a finalement coûté sa dernière Coupe du monde.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter