Ces supporters argentins sous étroite surveillance

Ces supporters argentins sous étroite surveillance

SECURITE - La pression monte avant la demi-finale opposant l'Argentine aux Pays-Bas, mercredi. Côté sécurité, les dispositions ont été prises de longues dates pour éviter tout débordement. Mais les mailles du filet restent perméables.

On le surnomme "Big Baby", de son vrai nom Pablo Alvarez. Ce chef d'un groupe d'ultras argentins a pris en défaut la sécurité mise en place par les autorités brésiliennes les stades de la Coupe du monde et en dehors. Pourtant interdit de Mondial, Pablo Alvarez a pu assister à plusieurs matches. Lui, comme plus de 2 000 autres supporters de l'Albiceleste, est connu pour des faits de violence et figure sur une liste remise par la police argentine à son homologue brésilienne, avant le coup d'envoi de la compétition,.

Il faut dire que l’individu n'a pas hésité à enfiler la tenue d'un parfait supporter suisse à l'occasion du huitième de finale remporté dans la prolongation (1-0). Samedi, contre la Belgique, Pablo Alvarez avait troqué ses habits suisses pour une tunique et un masque aux couleurs des Diables, avant de se faire interpeller.

Le précédent sud-africain

Connus pour leur caractère particulièrement violent, les hooligans argentins font l'objet d'une surveillance particulière au Brésil, où les fans argentins sont venus en masse soutenir leur équipe dans le Brésil voisin. Fin juin, une trentaine d'entre eux, qui avait pénétré illégalement sur le territoire brésilien, avait ainsi été expulsée. Bien que la plupart du temps la victoire de l'équipe de Lionel Messi soit fêtée dans une ambiance bon enfant, des dérapages, comme lors de la rencontre face à l'Iran le 21 juin, à Belo Horizonte, ont amené les autorités brésiliennes à se montrer prudentes. Lors du second match de poule, elle avait ainsi tiré sur huit supporters à coup de munitions non-létales, alors qu'il tentait d'approcher le bus de Di Maria and co.

Et ce n'est pas la première fois que les Barra bravas, les ultras argentins, font parler d'eux en phase finale d'une Coupe du monde. En 2010, lors du lancement du Mondial en Afrique du Sud, la présence de ces supporters réputés violents dans l'avion même de l'équipe argentine avait suscité une vive polémique.

Dans ces conditions, nul doute que les forces de l'ordre brésiliennes vont redoubler de vigilance mercredi pour la demi-finale face au vice-champion du monde , mercredi, avant, peut-être, un choc régional contre le Brésil en finale. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

"On est déçu, on est venu profiter des plages" : touristes et habitants face au confinement en Martinique

EN DIRECT - Covid-19 : Israël autorise une 3e dose de vaccin pour les plus de 60 ans

VIDÉO - Turquie : les images impressionnantes des feux de forêt qui ravagent la région d’Antalya

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.