Coupe du monde 2014 : patrons, pourquoi il faut laisser vos salariés regarder France-Allemagne

Coupe du monde 2014 : patrons, pourquoi il faut laisser vos salariés regarder France-Allemagne

MANAGEMENT - Inimaginable de ne pas suivre le quart de finale entre les Bleus et l'Allemagne, vendredi. Mais tous les salariés de France ne seront pas autorisés à quitter le travail suffisamment tôt pour être devant leur télé à 18 heures. Pourtant, les chefs d'entreprise devraient faire en sorte que leurs employés soient au bar d'en bas ou dans leur canapé plutôt qu'au bureau. C'est dans l'intérêt de l'entreprise.

Pour la France qui aime le foot - mais pas seulement -, tout va s'arrêter à 18 heures, vendredi. Durant quatre-vingt-dix minutes (au moins), les chefs d'entreprises ne pourront pas compter sur leurs collaborateurs, postés au bar d'en bas devant France-Allemagne. Et si cet absentéisme se révélait être un mal pour un bien ?

Et si le salarié frustré sabotait l'entreprise

A en croire Thierry Nadisic, professeur à l’Executive MBA de l’IESEG School of Management, ils ont même tout intérêt à encourager l'école buissonnière : "Plutôt que de chercher à contrer ce phénomène, le manager doit s'en servir parce qu'il peut engendrer de la motivation. Il doit donc dire oui, et mieux, il peut mettre en scène l'événement en organisant une retransmission sur grand écran et en partageant une collation. Si le dirigeant n'a pas saisi cette opportunité, et qu'il croit encore au concept intangible des règles, des heures de présence qu'il faut invariablement assurer, il va perdre la motivation de son groupe. Les heures sont productives à condition que le salarié soit engagé."

Outre-Rhin, les patrons l'ont bien compris puisque en amont du Mondial, les syndicats allemands ont demandé que les horaires de travail soit adaptés de sorte que les employés puissent regarder les matches . "Du bon sens, jure le docteur en comportement organisationnel. Lorsque l'entreprise permet aux personnes de vivre collectivement des moments d'émotions positifs, tout le monde se resserre. Se sentir membre d'un groupe, d'une entité sociale, donne envie d'en parler et d'en être fier. Cela se traduit alors sur la performance au travail. A contrario, si la frustration de pouvoir regarder le match est ressentie comme injuste, le salarié peut alors décider de discuter ou de lire le journal plutôt que de travailler. Voire, par vengeance, ll peut saboter l'entreprise." Alors, vendredi en fin d'après-midi, patrons, employés : tous derrière les Bleus !

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.