Coupe du monde : perturbateurs endocriniens, éosine, allergie... Faut-il avoir peur du maquillage bleu-blanc-rouge pour les enfants ?

Coupe du monde : perturbateurs endocriniens, éosine, allergie... Faut-il avoir peur du maquillage bleu-blanc-rouge pour les enfants ?

COUPE DU MONDE
LCI

à lire et à regarder sur

BLEU-BLANC-ROUGE - La Coupe du monde 2018 bat son plein depuis le 14 juin et les supporters tricolores ne cessent d'affiner leur équipement à mesure que l'équipe de France avance dans la compétition. LCI a voulu savoir si le maquillage vendu pour se mettre aux couleurs de son équipe était vraiment sans danger, notamment pour les enfants. Une dermatologue nous répond.

Maillots, accessoires, chants de supporters... Soutenir son équipe sportive est tout un art. Le maquillage à ses couleurs en fait aussi partie. Alors que la Coupe du monde de football a débuté le 14 juin dernier, nombreux sont les Français qui ont ou vont s'acheter une palette de maquillage tricolore. Mais ces produits, dont la composition est rarement précisée sur l'emballage, sont-ils vraiment inoffensifs ? La question se pose, surtout avec les enfants, encore fragiles sur le terrain des réactions allergiques.


En mars dernier, 60 millions de consommateurs alertait sur le danger des palettes de maquillage conçues pour les petites filles. Selon l'association, certains produits contiennent nombre de substances allergisantes et de perturbateurs endocriniens. LCI a donc demandé à la dermatologue Laurence Netter s'il y avait lieu de s'inquiéter concernant le maquillage utilisé pour suivre les matches.

Un petit eczéma "dans le pire des cas"

Pour Laurence Netter, proche du milieu sportif avec un père, Claude Netter, champion olympique d'escrime, le maquillage qu'utilisent les supporters n'a rien à voir avec celui qui est vendu pour les fillettes. "C'est tout simplement de la peinture à l'eau mélangée à un corps gras", affirme-t-elle. "Ça fait 34 ans que je suis installée et je n'ai jamais vu un enfant venir avec un eczéma à cause d'un maquillage", assure la dermatologue. Quand bien même, la professionnelle appelle à "un peu de bon sens". Estimant que le maquillage utilisé par les supporters ne sert que très occasionnellement, il est selon elle inutile de "s'embêter à en connaître la composition".


"Qu'est-ce qu'il peut arriver dans le pire des cas ? On fait un petit eczéma, on va mettre une crème à la cortisone pendant deux jours et ça sera rentré dans l'ordre." Car dans 99,9% des cas, dit-elle, une réaction cutanée se traduit par un eczéma de contact. "Ce n'est pas la même chose que quelqu'un qui va faire tous les jours de l'eczéma des paupières. Là, on peut se poser la question de savoir si c'est le nickel qui est contenu dans les crayons, un conservateur, un colorant ou autre."


Concernant le maquillage utilisé lors des matches, le seul ingrédient qui pourrait, selon elle, poser problème est l'éosine, un colorant rouge. Et même si une petite réaction allergique se déclare lors de la première utilisation, rien ne dit que cela se reproduira la fois suivante. La dermatologue indique en effet que pour s'immuniser contre une substance, il faut souvent "l'utiliser deux fois". La première fois servant à sensibiliser l'organisme, qui fabrique des anticorps contre cette substance.

Ce n'est pas un produit qu'on va utiliser une fois qui pose problèmeLaurence Netter

Concernant les perturbateurs endocriniens, la spécialiste appelle là encore à la raison. "C'est sûr qu'aujourd'hui, il y a un énorme problème sur les perturbateurs endocriniens. [...] Mais faut-il vraiment ouvrir un dossier sur un produit qu'on va utiliser 24 heures ? Il faut bien dire que même avec les perturbateurs endocriniens, ce n'est pas un produit qu'on va utiliser une fois qui pose problème. C'est leur omniprésence dans tous les produits qui nous entourent."


Après l'étude de produit Fanbrush France bleu blanc rouge grâce aux application mobiles QuelCosmetic de l'UFC-Que Choisir et Clean Beauty et au site de l'Observatoire des cosmétiques, LCI a tout de même détecté quelques produits polémiques, comme le phenoxyethanol ou le dioxyde de titane. Voici la liste des ingrédients analysés : 


- paraffine liquide, une huile minérale issue de la pétrochimie inoffensive pour la peau (mais comportant un bilan écologique désastreux) ;

- huile de ricin, obtenue à partir des graines du fruit du ricinier. Elle est adoucissante et réparatrice pour la peau et assure une excellente dispersion des pigments ;

- cire d'abeille ;

- cire microcristalline. Issue de la pétrochimie, elle est occlusive et peu, selon certains scientifiques déclencher ou aggraver l'acné ;

- Ethylhexyl Palmitate. Utilisé pour adoucir la peau, il est souvent utilisé dans les fards à paupières, les rouges à lèvres, les fonds de teint ;

- Glyceryl Strearate, possédant les mêmes propriétés que le précédent ingrédient ;

- Polyhydroxystearic Acid, utilisé pour lier les ingrédients. Il n'est pas considéré comme nocif ;

- MICA, poudre de roche volcanique utilisée pour créer des reflets dans les cosmétiques. Elle n'est pas considérée comme à risque ;

- CI15850, colorant rouge. Considéré comme sans danger en France, il est interdit aux États-Unis pour les produits destinés à être en contact avec le contour des yeux ;

- dioxyde de titane, utilisé pour la coloration blanche. Selon le professeur Jürg Tschopp, prix Louis-Jeantet de médecine 2008, qui a piloté une étude franco-suisse sur les effets toxiques de cette poudre minérale, elle aurait les mêmes effets toxiques que l’amiante. Il s'exprimait en 2011 dans UFC-Que Choisir

- CI15880, colorant rouge. Considéré comme sans danger en Europe, il est interdit aux États-Unis pour les produits destinés à être en contact avec le contour des yeux ;

- CI15985, colorant jaune. Il est admis dans tous les produits cosmétiques en Europe mais est interdit aux États-Unis pour les produits destinés à être en contact avec le contour des yeux ;

- CI19140, colorant jaune. Il est admis dans tous les produits cosmétiques en Europe ;

- CI42090, colorant bleu brillant. Il est admis dans tous les produits cosmétiques en Europe ;

- CI77007, colorant bleu issu de la pierre lazurite. Selon les directives cosmétiques de l'Union européenne, il peut être utilisé dans les cosmétiques et produits de soins personnels sans limitation.

- CI77266, un colorant noir pouvant être utilisé dans tous les cosmétiques européens. Selon l'Observatoire des cosmétiques, il n'est en revanche pas approuvé aux États-Unis ;

- CI77499, colorant noir pouvant être utilisé dans tous les cosmétiques européens ;

- CI7749 (oxydes de fer), utilisés dans tous les cosmétiques.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter