France-Irlande : parole à la défense !

LCI

à lire et à regarder sur

FOOTBALL – L’équipe de France affronte l’Irlande ce lundi soir (à 21h sur TF1) au Stade de France, premier de ses trois matchs amicaux de préparation à la Coupe du monde 2018. Enjeu : retrouver une solidité défensive, après les atermoiements du mois de mars.

Alors que l’on célèbre actuellement les 20 ans du triomphe mondial des Bleus en 1998, une vérité intemporelle revient à l'esprit : la conquête d’un grand trophée international n’est possible que grâce à une défense solide. Les champions du monde d’Aimé Jacquet n’avaient encaissé que deux buts dans tout le tournoi. Un exemple parmi tant d’autres. Problème : les Bleus de Didier Deschamps, qui affrontent l’Irlande ce lundi soir, premier de ses trois matchs amicaux de préparation au Mondial russe à venir (14 juin-15 juillet), n’offrent, eux, que très peu de garanties dans ce secteur.

Cela ne concerne pas que la ligne défensive. Il y a aussi ce que font nos attaquants et nos milieux.Didier Deschamps

C’est donc, malgré l’absence de Raphaël Varane (vainqueur de la Ligue des champions samedi et qui ne rejoindra ses partenaires que mardi soir), l’enjeu principal de la soirée de ce lundi au Stade de France : retrouver ne serait-ce qu’un semblant de solidité. Car les trois buts encaissés en deux matchs, lors des derniers rendez-vous amicaux du mois de mars (défaite 2-3 face à la Colombie ; victoire 1-3 en Russie), ont forcément laissé des traces.

Aux absences de Varane et de Laurent Koscielny - blessé au tendon d’Achielle et forfait pour la Coupe du monde - s’ajoutera celle de Hugo Lloris, qui sera laissé au repos ce lundi soir. Résultat : Steve Mandanda et Adil Rami débuteront. Mais l’essentiel, de toute façon, est ailleurs. "Retrouver une solidité, cela passe par la répétition, à travers les entraînements et les matchs, pour avoir encore plus de repères, d’automatismes", a expliqué Didier Deschamps dimanche. "Cela ne concerne pas que la ligne défensive. Il y a aussi ce que font nos attaquants et nos milieux."

En mars, on était un peu coupés en deux. Dans une compétition comme la Coupe du monde, ça ne pardonnera pas. Blaise Matuidi

Même son de cloche du côté de Blaise Matuidi, l’un des rares tauliers de ce groupe, assis à côté du sélectionneur lors de la conférence de presse d’avant-match, qui a ainsi formulé la problématique : "C’est un problème d’équipe. Tout le monde doit se sentir concerné. Les premiers défenseurs doivent être les attaquants. C’est important qu’on ait un bloc, qu’on joue haut ou bas. Il faut défendre tous ensemble. On doit mettre l’accent là-dessus. En mars, on était un peu coupés en deux. Dans une compétition comme la Coupe du monde, ça ne pardonnera pas. On en est conscients."

Reste que quelques cas individuels seront particulièrement scrutés ce lundi. En premier lieu desquels les arrières latéraux, Benjamin Mendy et Djibril Sidibé, titulaires probables en Russie, qui reviennent à peine de blessure et doivent prouver qu’ils peuvent répondre aux exigences athlétiques du haut niveau international. Enfin, Samuel Umtiti, apparu (très) à la peine depuis mars, doit rassurer son monde. "J’ai eu des pépins physiques pendant quelques mois, qui ne m’ont pas permis d’être à 100%", a tranquillement indiqué l'intéressé vendredi en conférence de presse à Clairefontaine. "Mais là je me sens bien. J’ai bien travaillé en fin de saison à Barcelone et ici. Je serai à 100%." L'idéal étant donc de l'être dès ce lundi.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter