Ces Bleus-là sont (très) jeunes mais doit-on s'inquiéter de leur manque d'expérience ?

DÉCRYPTAGE - Jamais l'équipe de France n'a été aussi jeune en Coupe du monde. Avec 25 ans et 10 mois de moyenne, les Bleus de Didier Deschamps vont se présenter en Russie avec un groupe inexpérimenté mais riche de ses talents. Seront-ils pour autant trop tendres pour prétendre aller loin dans le tournoi ? Pas si sûr...

Vent de fraîcheur sur les Bleus. A l'Euro 2016, l'équipe de France affichait une moyenne de 27 ans et 4 mois, soit le maximum jamais atteint sous l'ère Deschamps. En deux ans, la sélection tricolore a été considérablement rajeunie. Ils sont ainsi 15 sur les 23 Bleus, présents dans la liste dévoilée ce jeudi au JT de 20H de TF1 par le sélectionneur, à avoir 25 ans ou moins, à l'image de Kylian Mbappé (19 ans), Ousmane Dembélé (21 ans) ou Presnel Kimpembe (22 ans). Avec 25 ans et 10 mois de moyenne, ces Bleus-là sont de fait les plus jeunes de l'histoire du football français appelés à disputer une Coupe du monde, ici celle en Russie. 

Les Bleus de Deschamps, classe biberon

Une ode à la jeunesse que "DD" assume. "Je ne fais pas une sélection en fonction de la date de naissance [...] Dans les deux ans qui ont suivi la compétition (l'Euro, ndlr), j'ai fait en sorte d'incorporer des jeunes et aujourd'hui, je continue de leur faire confiance. Evidemment, la jeunesse c'est une qualité. Mais il y a besoin de joueurs beaucoup plus expérimentés." 

Dans une compétition internationale, on n'avait pas vu une équipe de France aussi jeune depuis la sélection d'Aimé Jacquet, championne du monde en 1998 (26 ans et 2 mois de moyenne). Seuls les Bleus partis au Brésil en 2014, avaient approché - d'assez loin - cet âge moyen (26 ans et 4 mois). En revanche, la plus âgée est l'équipe de Roger Lemerre pour l'Euro 2000 (28 ans et 9 mois). Plutôt logique, vous direz-vous, puisqu'elle était composée en grande partie des joueurs sacrés deux ans plus tôt en France. La preuve, en tout cas, que, dans la course au trophée, la moyenne d'âge d'un groupe ne fournit aucune garantie sur le résultat.

En vidéo

REVIVEZ - Coupe du monde 2018 : la liste des 23 joueurs choisis par Didier Deschamps

S'il faut se réjouir de ce renouvellement, et donc de l'émergence de nouveaux talents français, ce rajeunissement interroge. Dans son rapport mensuel, après les éliminatoires du Mondial russe, l'Observatoire du football indiquait que la France était le sixième groupe le plus jeune parmi les 32 nations qualifiées, avec une moyenne d'âge de 26 ans et 4 mois. Au soir de l'annonce de la liste des 23 Bleus, la sélection tricolore gagne près de 6 mois et se hisse au niveau d'alors de deux voisins, l'Allemagne (25,7 ans) et de l'Angleterre (25,9 ans).


Avec à peine 24 sélections de moyenne par tête, les Bleus feront donc partie des sélections les plus moins expérimentées en Russie. Seuls neuf joueurs ont participé au dernier Euro en France, et six au Mondial brésilien en 2014. "Aujourd'hui on est loin, quand on regarde le nombre de sélections des joueurs que j’ai pris par rapport à d'autres nations comme l'Espagne, comme le Brésil, comme l'Allemagne. Ils ont un compteur de sélections qui est beaucoup plus important", reconnaît le sélectionneur tricolore. "Mais cela ne nous empêchera pas d’avoir de l'ambition et d'être le plus performant possible dès cette Coupe du monde."

Moins d'expérience mais de l'ambition à revendre

C'est d'ailleurs dans cette optique que le champion du monde 1998 a fait appel à Adil Rami, déjà de l'aventure d'extrême justesse (il avait remplacé Raphaël Varane, blessé, ndlr) à l'Euro 2016. "Il a une grosse expérience à l'échelon international. Par son vécu et son expérience, par rapport à Presnel (Kimpembe) et Samuel (Umtiti) qui sont aussi jeunes, c'est important pour l'équilibre", avance Didier Deschamps pour expliquer la présence du Marseillais. 


L'ancien capitaine des Bleus mise aussi sur ceux qu'il a lancés depuis sa prise de fonction pour faire le relais et encadrer les nouveaux arrivants, néophytes en Coupe du monde mais habitués pour la plupart à jouer des gros matches. Ainsi, à chaque ligne, un élément expérimenté va pouvoir tenir le rôle de chaperon auprès de ses coéquipiers. À eux de se fondre en leader. "Paul Pogba et Antoine Griezmann (51 sélections chacun, ndlr) qui ont un peu plus de poids et d'expérience. Il faut que ça se fasse naturellement, que ça bouillonne en interne", ajoute-t-il. "Mais ces joueurs, de par ce qu'ils ont vécu, ont quelque chose de plus que les autres." Finalement, tout sera une question d'association, d'équilibre et d'ambition. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter