RTT, smartphone sous le bureau ou négo avec le chef : voici comment vous comptez suivre France-Uruguay au travail

LCI

à lire et à regarder sur

TÉMOIGNAGES - Cela ne vous a pas échappé : le quart de finale France-Uruguay se tient à 16 h, un vendredi. Une heure où probablement la grande majorité des Français sera encore au travail. Comment comptent faire les supporteurs pour suivre le match ? Leurs réponses.

Damned. 16 h, encore une fois, en plein milieu de l’après-midi. L’heure du boulot. Et si, aux débuts, le supporter moins impliqué pouvait se contenter de suivre d’un œil ou d’une oreille la Coupe du monde, le problème s’avère maintenant crucial, et d’autant plus important que les Bleus sont en quarts de finale, et que la pression monte, et que la mobilisation grimpe. Comment diantre faire donc, pour regarder le match France-Uruguay ce vendredi sur son temps de travail ?


Posons les bases : il y a des heureux. Des fans qui, comme Marina, vont regarder le match "tranquillou, dans le canapé, avec les potes et la copine", et tiendront à faire connaître leur félicité, "porte ouverte pour que les voisins profitent de (ses) cris intempestifs et (ses) crises cardiaques pendant 90 minutes". 


Comment font-ils ? D’abord, parfois, ils se sont organisés. Comme Antoine, qui, dès le calendrier de la compétition connu, a posé tous les jours  de matches de l’équipe de France, même ceux théoriques à partir des huitièmes de finale. Choix certes un brin extrême, mais qui s’avère d’autant plus malin que la compétition avance et que la France se maintient. Car les salariés qui se réveillent maintenant risquent de connaître un sort plus aléatoire. Comme Thomas, qui n’a pensé qu’il y a trois jours à poser un RTT pour vendredi, et n’a toujours pas eu de réponse. Et pas sûr que cela passe, car évidemment, il n’est pas le seul à avoir eu l’idée. 


Il y a aussi ceux qui finissent le boulot tôt. Comme Pierrick, boulanger, qui voit là l’intérêt d’un lever aux aurores. Et ce match, il entend bien aller le regarder dans un bar "sud-américain pour qu'on puisse faire la fête, une vraie fête. Forza Uruguay !", raconte-t-il. 

Quelle stratégie ?

Et puis, il y a ceux qui travaillent. Et qui n’ont pas forcément 10 semaines de vacances pour sacrifier des RTT. Et évoluent, qui plus est, en environnement hostile au supporteur fervent. Maxime raconte ainsi "qu’il bosse sans le droit au téléphone, et quasiment tous mes collègues et responsables, aussi adorables soient-ils, n’en ont rien à faire du foot... Ca va être dur !"  Même topo pour Catherine, assistante de direction : "On sera au boulot et interdiction de radio ou de télé là où je travaille...Le boss n'en a rien à faire et considère que tout le monde est à son image. Je sors à 18 h, je verrai le résultat à ce moment-là..."


Il y a ceux qui ont soigneusement réfléchi à leur programme. Chaque minute est calculée. Et les questions cruciales se posent : faut-il regarder la première mi-temps au boulot, puis filer ? En tentant, sur le trajet, de capter les bribes d’écrans, en terrasses, ou "dans les magasins Darty", se rappelle Marie, salariée avertie. Ou tout regarder au bureau, pour une meilleure fluidité, mais avec un cadre moins sympa que celui du canapé ? 

Parmi les "bloqués" au bureau, certains se promettent de ruser comme des sioux. Esther travaille dans la restauration. Et se souvient des précédents matches. "On demandait aux voisins, restaurants et terrasses, de mettre très fort le son sur leurs télés. Comme ça, on entendait les buts, et on pouvait vite fait aller les regarder." Marine, dans une boutique Orange, a pour sa part une télé en fond d’écran tout le temps. Mais sans le son. "On espère très fort que demain, pendant le match, il n’y aura personne dans la boutique, on pourra mettre le son", rigole-t-elle. 


Et il y a les salariés de bureau. Ceux-là promettent de regarder le match sur le portable ou l’ordinateur, en douce. Plus facile, cependant, si l’on est en bureau fermé...  Question ambiance, par contre, on repassera. Car en principe, l’ordinateur du salarié doit être utilisé à des fins professionnelles, et il reste sous la subordination de son employeur, et donc tenu de se conformer à ses directives. Cependant, la jurisprudence considère que seul l’abus du salarié peut justifier une sanction, type blâme, avertissement, voire licenciement... La question est donc : regarder son écran un match en douce constitue-t-il un abus ?


Plus sûr, sans doute, de miser sur la bonne compréhension de son, ou sa, chef, peut-être lui-même (elle-même) attaqué(e) du ballon rond. Comme celui-ci, qui témoigne sur Twitter : 

Attention d’ailleurs, le geste n’est pas toujours fait par pure gentillesse...

C’est en effet une belle recette de DRH : le foot, c’est un événement culturel, sportif, fédérateur. Le regarder tous ensemble, cela crée un esprit de rassemblement, rapproche les salariés. Et de toute manière, un salarié privé de match "risque de ne pas être concentré sur son travail et n'aura aucune envie d'être à sa place de travail", rapporte le très sérieux site compta-online. "Son dynamisme et sa motivation disparaîtront probablement en direction de la fenêtre avec les supporters qu'il entendra dehors. Dès lors, l'employeur peut perdre des points sur l'échelle de la cohésion et du bien-être des salariés qui ne mettront pas en place leurs pleines capacités de travail." Voilà peut-être pourquoi beaucoup de grandes entreprises ont installé un écran, et proposent à leurs salariés cette pause sur leur journée. 


Et certains salariés comptent d’ailleurs bien miser sur cette tolérance pour forcer un peu la main. Pour l’instant, s’il n’y a pas vraiment de consignes dans son entreprise de communication, Aurélie,  se promet bien de mettre l’ambiance. "Je m’en fiche, demain, j’allume la télé dans l’open-space !", raconte-t-elle. Son collègue, Yann, promet d’apporter des bières. 


Morgane, elle, ne se perturbe pas plus que ça. "Evidemment, je soutiens la  France. Après, bon, si je rate une demi-heure de match parce que je suis au travail, ce n’est pas si grave que ça", dit-elle, philopsophe. "Je vais surtout profiter du fait qu’on retransmette le match au bureau pour partir plus tôt discrètement !"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter