Coupe du Monde : positif à la cocaïne, le Pérou sera privé de sa star Paolo Guerrero pour affronter les Bleus

LCI

à lire et à regarder sur

FOOTBALL - La suspension pour dopage de l'attaquant et capitaine péruvien Paolo Guerrero, contrôlé positif à la cocaïne, a été alourdie en appel de 6 à 14 mois par le Tribunal arbitral du sport de Lausanne.

Coup dur pour la Blanquirroja. La sélection péruvienne sera privée de son capitaine et attaquant phare, Paolo Guerrero. Contrôlé positif à la cocaïne en octobre 2017, le joueur de Flamengo (Brésil) a vu sa suspension allongée en appel de 6 à 14 mois par le tribunal arbitral du sport (TAS), basé à Lausanne. Le Pérou affrontera la France lors des phases de poules de la Coupe du monde de football le 21 juin 2018  à 17 heures.


Si le TAS a considéré que Paolo Guerrero n'avait "pas essayé d'améliorer ses performances en ingérant la substance prohibée", le tribunal estime que l'attaquant de 34 ans a commis une "faute ou négligence". Le joueur, qui a inscrit 32 buts pour le Pérou en 86 sélections, avait été testé positif à un métabolite de cocaïne, une substance interdite par l'Agence mondiale antidopage (AMA), lors d'un contrôle effectué après un match de qualifications pour le Mondial 2018 contre l'Argentine, le 5 octobre 2017.

Paolo Guerrero avait lui même fait appel de sa première suspension, fin janvier, et demandé à ce que "la décision de suspension soit annulée et qu'aucune sanction ne lui soit imposée". L'AMA avait également fait appel le 19 février et demandé une suspension d'au moins un an. Avant que sa sanction ne soit alourdie en appel, Guerrero faisait partie de la liste élargie de 25 joueurs du Pérou annoncée dimanche par la Fédération péruvienne de football.


Le Pérou était la dernière équipe à obtenir son ticket pour le Mondial, après sa qualification en barrages contre la Nouvelle-Zélande. La Blanquirroja n'avait plus participé à une phase finale de la Coupe du monde de football depuis 1982.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter