Coupe du monde : footballeurs gays, sortez du placard !

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

HOMOPHOBIE – La Commissaire aux droits de l'homme à l'ONU, la Sud-Africaine Navi Pillay, a demandé lundi aux sportifs homosexuels, et plus particulièrement les footballeurs, de faire leur coming-out. Une démarche qui aiderait, selon elle, les gays et les lesbiennes à être davantage acceptés dans le monde.

"J'encourage les joueurs et les sportifs en général à affirmer leur orientation sexuelle sans peur". Tel est le message de la Commissaire aux droits de l'homme à l'ONU, Navi Pillay, adressé lundi aux footballeurs des 32 équipes qui s'affrontent au Brésil pour la coupe du monde. Alors qu'aux quatre coins de la planète, les regards sont tous tournés vers eux, l'avocate Sud-africaine aimerait que les sportifs servent d'exemple : "C'est la seule façon pour que (les homosexuels dans le monde) puissent être acceptés, a-t-elle déclaré en marge du Conseil pour les droits de l'homme. Les joueurs sont des modèles, il est important d'envoyer ce message à leurs fans", a-t-elle poursuivi. Un message fort mais nécessaire, selon l'avocate, qui a insisté sur le fait que "les mesures superficielles ne suffisent plus pour changer les attitudes et ne s'attaquent pas aux causes des inégalités".

Des coming-out très rares

Rares sont les footballeurs professionnels qui ont avoué leur homosexualité. Ils se compteraient même sur les doigts d'une main. En 2013, le joueur américain du Galaxy de Los Angeles, Robbie Rogers, fut désigné comme le premier footballeur encore en activité ayant fait son coming-out. "Pour moi, c'était juste pour ma santé mentale, pour mon bonheur", avait-il expliqué. Un an plus tard, le joueur international allemand Thomas Hitzlsperger , fraîchement retraité à 31 ans, lui emboîtait le pas. En révélant son orientation sexuelle dans une interview publique, l'homme espérait faire bouger les lignes. "Je veux faire avancer cette question de l'homosexualité dans le monde du sport professionnel", confiait alors l'ancien international allemand.

Selon une étude de 2013 commandée par l'association "Paris Foot Gay" (PFG), le milieu du football professionnel serait plus homophobe que la moyenne du monde sportif, en particulier dans les centres de formation. Ainsi, 41% des joueurs de football professionnel et 50% des joueurs évoluant en centre de formation "ont déclaré des pensées hostiles envers les homosexuels". Chez les amateurs, pratiquant différents sports, ce chiffre est de 8%. D'où la nécessité urgente de réconcilier, selon le vœu de la Commissaire de l'ONU, le sport avec la tolérance.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter