Coupe du monde : le ballon Brazuca n'échappe pas à la polémique

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

FOOTBALL – Le ballon officiel du Mondial brésilien, Brazuca, divise les gardiens de but. En cause, une légèreté supposée qui favoriserait les trajectoires surprenantes et donc le spectacle.

A chaque Coupe du monde sa polémique sur le ballon officiel de la compétition. Plutôt épargnée jusqu'à présent, la sphère du Mondial brésilien, Brazuca, a reçu mardi une nouvelle pique signée du gardien de but de l'OGC Nice et de la Colombie, David Ospina. En cause, la légèreté du ballon développé par Adidas.

"Nous, gardiens, savons que la passion dans le football vient des buts et nous devons nous adapter à la technologie de ce nouveau ballon", a expliqué le portier de 25 ans aux 43 sélections avec les Cafeteros, avant de se montrer plus précis. "Le ballon est super difficile, il est très léger mais nous travaillons dur pour nous adapter".

Brazuca, nouveau Jabulani ?

D'un gardien à l'autre, le ressenti n'est pourtant pas le même concernant le ballon de 437 grammes, testé durant deux ans et demi par 600 joueurs de 30 équipes à travers le monde. Le dernier rempart brésilien, Julio César, a par exemple vanté les mérites du Brazuca depuis Teresopolis, le camp de base de la Seleçao : "C’est un bon ballon. Les joueurs de champ vont l’aimer". Les gardiens peut-être un peu moins.

Reste à savoir si la polémique va prendre de l'ampleur et si Brazuca connaîtra le même sort que Jabulani. Le ballon de la Coupe du monde sud-africaine organisée en 2010 s'était attiré les foudres d'une bonne partie de la confrérie des gardiens de but. L'Italien Gianluigi Buffon évoquait à l'époque un ballon "absolument inadéquat" quand l'Anglais David James le qualifiait de "terrible" et "horrible". Le même Julio César parlait lui de ballon de "supermarché".

Le spectacle ne devrait en tout cas pas manquer au pays de la samba. "Ils font surtout des ballons pour marquer des buts. Celui-ci flotte beaucoup. Les spectateurs vont apprécier. Mais les gardiens vont devoir beaucoup travailler et s’adapter", déclarait déjà Ospina dimanche, rejoint par son entraîneur en club, Claude Puel. "C’est un ballon très léger, agréable à la frappe, mais difficile pour les gardiens. Il y a aura des buts au Brésil. Les grosses frappes seront favorisées", a prévenu le technicien français. Hugo Lloris, qui juge le ballon "bon par rapport à 2010", et ses collègues peuvent trembler.

Lire et commenter